Nouveau monde, France info

Les objets connectés nouvelle cible des pirates informatiques ?

C'est une première. Aussi incroyable que cela puisse paraître, des objets connectés tels que téléviseurs et réfrigérateur auraient été victimes d'une attaque informatique. Une menace pour notre futur numérique ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

 

Et voilà. Cela devait arriver... Maintenant que les téléviseurs,
les thermostats et les réfrigérateurs se prennent pour des ordinateurs
puisqu'ils sont désormais connectés à Internet avec de l'électronique et du
logiciel à l'intérieur et bien, forcément, les pirates s'y intéressent.

Double vie numérique

Ils ont pourtant l'air bien innocents ces objets du
quotidien. Le réfrigérateur dans la cuisine auquel qui a toute notre confiance.
La télé qui nous accompagne avec bienveillance dans notre somnolence
quotidienne de fin de journée. En fait, tel Hal 9000 l'ordinateur pervers de
2001 L'odyssée de l'espace, ces appareils auraient donc une double vie.
Derrière leur apparente bonhomie, ils s'amuseraient à envoyer des publicités
pour du Viagra ou pour des clubs de rencontre ethniques aux quatre coins de la
planète.

Usurpation d'adresses IP

C'est une société américaine de sécurité informatique,
Proofpoint, qui a découvert le pot-aux-roses. Ces spécialistes ont identifié un
botnet. Qu'est-ce qu'un botnet ? C'est un réseau d'ordinateurs fantômes
utilisés à l'insu de leurs propriétaires pour envoyer des emails publicitaires
ou infectés par des virus. C'est classique. Sauf que dans le cas présent, ce
botnet était constitué à 25% par des appareils " non conventionnels "
ni ordinateurs, ni tablettes ni smartphones mais des routeurs domestiques, des
média-centers, des téléviseurs connectés et au moins un réfrigérateur. Plus de
750.000 e-mails malicieux auraient été envoyés à travers le monde entre janvier
et décembre, selon Proofpoint.

Même si un réfrigérateur sait beaucoup de choses sur nous,
forcément, on a du mal à imaginer comment il peut envoyer un email. En fait, ce
sont les adresses IP de ces appareils qui sont utilisées pour faire transiter
des messages et passer ainsi à travers les logiciels de sécurité des
destinataires.

Est-ce grave ? Pour l'instant, pas vraiment.

Le fait est que les objets connectés ne sont pas vraiment
protégés contre les risques informatiques. Devra-t-on, demain, installer un
antivirus sur notre réfrigérateur ? Un pare-feu sur nos chaussures
connectées et verrouiller la cafetière avec un mot de passe au risque d'oublier
ce mot de passe et de ne pas pouvoir prendre son petit déjeuner ?

Demain, est-ce que votre voiture connectée communiquera dans
votre dos avec des cyber-pirates en Russie ? Est-ce que vos vêtements
seront en fait reliés à la NSA qui saura tout de votre température corporelle
minute par minute ?

Il va quand même falloir s'en occuper car on prévoit en 2020 plus de 200 millions d'objets connectés...

 

 

 

(©)