Nouveau monde, France info

Les Français sont technophiles mais... méfiants

Les Français et le numérique, c'est une affaire qui marche ! Selon une étude, le numérique apparaît comme un " nouveau pouvoir " mais il s'accompagne aussi de nouveaux problèmes et de nouvelles responsabilités.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Pour  85% des Français, le numérique est " utile " dans
l'industrie, la science, la communication ou encore la médecine, selon le baromètre TNS-Sofres pour le compte de
l'INRIA (Institut National de la Recherche en Informatique et en Automatique).

Ces dernières années, l'appropriation du numérique par les
Français s'est accéléré, constate l'INRIA. Mais pas à la même vitesse pour tout
le monde. Ainsi, l'étude dresse quatre profils, quatre typologies, de Français par
rapport au numérique :

Les déconnectés
: ceux qui restent encore à l'écart, qui ne comprennent pas de quoi il s'agit. Essentiellement
des personnes seules ou sans enfants de 65 ans et plus et qui ne sont pas équipées
(ou peut-être encore d'un vieux Minitel...).Les distants
: ceux qui savent que ces innovations existent mais ne se sentent pas
concernés. Ils sont plutôt jeunes (entre 35 et 64 ans à 21 %), souvent des
femmes. Pour eux, les outils numériques sont des gadgets.Les
usagers
: le numérique a changé beaucoup de choses dans leur quotidien.
Cependant, ils disent qu'ils pourraient s'en passer. Ils ont moins de 65 ans. Les homo
numericus
: lls ont généralement moins de 35 ans, ce sont plutôt des
hommes, avec enfants. Et les outils numériques ne leur font pas peur. Ils sont
accros, curieux et enthousiastes mais également prudents. Ils reconnaissent
qu'ils en sont dépendants. Phénomène intéressant : les trois
premières catégories ont petit à petit diminué au profit de la quatrième, celle
des homo numericus qui est passée en deux ans de 17% à 34% de la population.
Autrement dit : de moins en moins d'allergiques et de plus en plus de
geeks.

La fracture a
disparu au profit d'un sentiment positif 
", constatent les rapporteurs
du baromètre.

Cependant, rien n'est simple : cette massification des
usages a généré́ parallèlement des "embarras numériques" ; des embarras
liés au stockage des données, au choix des équipements, aux problèmes d'installation,
etc. Sans oublier les questions liées à la vie privée ou à la sécurisation des
données financières. En résumé : plus on utilise le numérique et plus on
craint ses effets.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)