Nouveau monde, France info

La roue gyroscopique dans tous ses états

Nouveau moyen de transport urbain à la mode, la gyroroue, cette grosse roue sur laquelle on grimpe et que l’on pilote avec les mouvements du corps, est en train de devenir un vrai phénomène.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Gyroroue © JC-RF)

C’est une grosse roue, très design, avec deux marchepieds, équipée d’un moteur électrique. On grimpe dessus et l’on peut se déplacer à une vitesse pouvant aller jusqu’à 20 km/heure. C’est le nouveau joujou branché des geeks et des hipsters. C’est pratique, cela permet de se déplacer plus vite sur le trottoir ou dans les couloirs au bureau. Lorsqu’on sait bien en faire, on peut même sauter avec pour grimper une marche.

Pas si simple

Le problème, c’est que ce n’est pas vraiment facile à utiliser. Il faut bien quelques heures pour apprendre à tenir dessus sans se casser la figure et plusieurs semaines pour maîtriser véritablement une gyroroue. Cela coûte 1000 à 2000 Euros environ. Cela pèse une quinzaine de kilos. Il y a même une poignée pour transporter la roue à la main. On a pu voir au salon Medpi de Monaco le dernier modèle de la société française Ninebot qui se connecte à un smartphone. Une appli permet de régler tous les paramètres de l’engin, y compris les couleurs des lumières qui clignotent sur le côté.

 

D’où vient ce drôle d’engin ?

 

Vous connaissez les gyropodes, ces espèces de grosses trottinettes à deux roues parallèles, utilisées notamment par la police ou par les touristes ? Le plus connu est celui de la marque américaine Segway, qui a d’ailleurs inventé le concept. Et bien, une gyroroue c’est un gyropode sans guidon et avec une seule roue. Cela fonctionne de la même manière : à l’aide de gyroscopes intégrés. On se penche en avant pour avancer, sur le côté pour tourner, etc.

Une gyroroue, c’est plus léger et cela coûte moins cher mais c’est aussi beaucoup plus casse-figure. Et puis, le problème c’est que cela peut faire perdre de bonnes occasions de faire un peu de marche à pied.

 

Des dérivés vraiment utiles

 

Exemple : le fauteuil roulant pour personnes handicapées Nino mis au point sur la base d’un gyropode par l’entreprise française Ninebot. L’appareil est muni en plus de deux pieds rétractables pour le stabiliser lorsqu’il est arrêté. Cela se pilote de la même manière : avec de légers mouvements du corps ou bien à l’aide d’un guidon. C’est plus compact qu’un fauteuil roulant traditionnel et ce sera surtout deux fois moins cher lorsque cela sortira (environ 7000 Euros).

 

(Gyroroue © JC-RF)