Nouveau monde, France info

La 5G sera lancée pour de bon à la fin du mois

L’Arcep vient de donner le coup d’envoi de la nouvelle génération de télécommunication mobile.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une antenne 5G à Pékin le 11 octobre 2020. (illustration)
Une antenne 5G à Pékin le 11 octobre 2020. (illustration) (NICOLAS ASFOURI / AFP)

L’Arcep, le gendarme des télécoms, a annoncé mercredi soir la date de l’attribution des fréquences 5G : ce sera le 18 novembre. Cela signifie que, dès le lendemain, les opérateurs seront autorisés à allumer leurs premiers émetteurs. Toutefois, cela devrait plutôt se passer entre le 20 et le 30 novembre, car ils doivent encore obtenir des autorisations administratives de l’ANFR (Agence nationale des fréquences). Les opérateurs doivent aussi informer les maires des villes concernées. En principe, il y aura de la 5G en France à la fin du mois.

On ne sait pas encore quelles villes seront concernées pour commencer. Chaque opérateur doit annoncer les choses prochainement. C’est assez secret car stratégique. Ils vont aussi préciser leurs offres commerciales. Certains l’ont déjà fait. Les premiers forfaits 5G coûtent 30 euros chez Bouygues Télécom, 40 euros chez Orange. Soit, environ 5 euros de plus qu’un forfait 4G.

2,8 milliards pour l'État

Les fameuses enchères pour les fréquences 5G sont donc terminées. Elles ont rapporté près de 2,8 milliards à l’État. Cela concerne uniquement la bande de fréquences de 3,4 à 3,8 gigahertz, c'est-à-dire ce qu’on appelle la bande ''cœur'' de la 5G. Une autre plage de fréquences dites ''millimétriques'' arrivera dans plusieurs années. Le mot d’ordre est : concertation et transparence. Concertation avec des discussions entre les opérateurs et, notamment, les maires qui ont signé la demande de moratoire sur la 5G en septembre. D’un autre côté, il y a beaucoup d’entreprises et de particuliers dans les territoires qui réclament la 5G, soit pour améliorer les connexions actuelles, soit parce qu’ils n’ont rien du tout aujourd’hui.

3 000 nouveaux pylônes d'ici à 2022

Le déploiement se fera petit à petit. Les opérateurs ont des obligations, au nom de "l'aménagement numérique du territoire". Chaque opérateur doit implanter 3 000 nouveaux pylônes d'ici à 2022, jusqu’à 10 500 en 2025. Côté transparence, un observatoire de la 5G va être créé, afin de rendre compte en temps réel de l'avancée des déploiements, informer les élus et les citoyens. En tout cas, le confinement n’aura donc pas d’impact sur le déploiement de la 5G.

Une antenne 5G à Pékin le 11 octobre 2020. (illustration)
Une antenne 5G à Pékin le 11 octobre 2020. (illustration) (NICOLAS ASFOURI / AFP)