Jusqu'à -30% sur sa facture de gaz grâce aux objets connectés

écouter (3min)

Pour faire baisser sa facture de gaz, on peut changer de fournisseur d’énergie. On peut aussi s’appuyer sur un thermostat connecté et des robinets pour radiateurs reliés au wifi. Un investissement raisonnable pour des économies immédiates.

Article rédigé par
Benjamin Vincent - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le thermostat connecté Netatmo et l'application pour piloter son chauffage depuis un iPhone. (NETATMO)

Les prix du gaz ont augmenté de plus de 57% depuis le début de l’année. La hausse n’est pas terminée et l’électricité devrait suivre dès le début 2022. "En France, on n’a pas de pétrole mais on a des idées". Ce slogan, après le premier choc pétrolier, avait marqué les Français. Presque 40 ans plus tard, l'une des idées pour payer son énergie moins cher, c’est d'installer ou de faire installer un thermostat connecté sur sa chaudière.

Ce thermostat intelligent relié au wifi de la maison prend la main sur l’allumage de la chaudière. Il garantit la température du foyer en réglant la température de l’eau qui part dans les radiateurs selon plusieurs paramètres, comme la température extérieure, le soleil qui tape sur les vitres ou encore la chaleur générée par le chauffage des voisins.

Encore mieux que les thermostats paramétrables sur lesquels vous définissez des plages horaires sans pouvoir les modifier à distance, les thermostats connectés permettent de gérer les imprévus du quotidien : une réunion de fin de journée qui s’éternise et retarde votre retour à la maison, rendant inutile la remontée de température dès 18 heures ou, au contraire, un départ imprévu pour la maison de campagne et la perspective d’un confort douillet à l’arrivée.

Avec un thermostat connecté relié à la chaudière, il suffit de quelques clics sur votre smartphone pour que, à distance, votre chauffage s’allume ou s’éteigne et s’adapte.

"1% par-ci, 2% par-là, ça finit par se voir sur la facture."

Julien Nicol, chauffagiste

à franceinfo

Julien Nicol, chauffagiste à Lorient, n’y voit que des avantages : "S’il n’y a personne à la maison, on évite de commencer à chauffer trop tôt. L’intérêt principal d’un chauffage connecté, c’est de pouvoir interagir rapidement. Tout le monde a l’habitude d’aller sur son téléphone. On est familier avec ce genre d’application. Et c’est facile. Bien utilisé, c’est utile !".

S’équiper d’un thermostat connecté représente un investissement de 140 à 250 euros, sans la pose. Et l’amortissement est très rapide. Audrey Vaudou est chef produit marketing énergie chez Netatmo, qui est arrivé très tôt sur le marché des thermostats connectés avec un premier modèle dès 2013.

Les économies réalisées dépendent évidemment du type de logement, de sa surface, du nombre d’occupants et de la qualité de l’isolation. Mais elles sont loin d’être anecdotiques : "On peut espérer gagner entre 20 et 30% sur sa facture annuelle, ce qui représente, en moyenne, entre 100 et 200 euros. Ça peut monter jusqu’à 350 à 400 euros sur une année. Et donc, un thermostat intelligent est rentabilisé en 1 à 2 ans en moyenne."

Réguler la température pièce par pièce

Chronologiquement, le premier élément du puzzle à installer, c’est le thermostat connecté parce qu’il intervient au niveau de la chaudière, cœur névralgique de l’installation. Google (via sa marque Nest), Tado ou Somfy en proposent aussi.

Dans un deuxième temps, on ajoutera des robinets thermostatiques sur ses radiateurs pour réguler la température pièce par pièce. Par exemple : 19° idéalement dans les chambres.

Et puis, il y a l’eau chaude qui représente, en moyenne, un tiers de la facture de gaz. Certains ballons d’eau chaude, une fois installés, mémorisent vos habitudes de consommation pour éviter de chauffer l’eau à tout prix quand vous n’en avez pas besoin. Dernier recours pour faire baisser sa consommation : diminuer la température. Comptez sur 7% d’économie pour chaque degré auquel vous renoncerez.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.