Nouveau monde, France info

Demain, l'amour hommes-robots ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Préparez-vous à des sensations fortes : en 2050, il sera possible de faire l’amour avec des robots ! C’est un spécialiste britannique de l'intelligence artificielle qui l’affirme.

Dans un livre qui vient de paraître en Grande Bretagne, intitulé « L’amour et le sexe avec les robots », David Lévy explique que dans une quarantaine d’année à peine les hommes et les robots auront des relations amoureuses et même des relations sexuelles.

Selon ce spécialiste, on pourra même envisager des mariages entre hommes et machines. Un phénomène selon lui « inévitable ».

Il est vrai qu’aujourd’hui on commence à voir apparaître des robots de forme humaine qui sont presque sur le point de se rendre utiles. Dans quelques années, ces « robots serviteurs » seront en vente libre. Pour l’instant, ils sont encore en métal et en plastique et il y a peu de risque de les confondre avec sa petite amie. Dans le futur, ils seront dotés d’une peau artificielle qui devrait les rendre beaucoup plus attrayants.

Faudra-t-il séduire les robots pour parvenir à ses fins ? Risquera-t-on de se faire éconduire par un robot ? Dans un chat organisé sur le site du magazine NewScientist, Daniel Légvy explique que « les robots seront programmés pour tomber amoureux de nous ». Dans ces conditions évidemment, pas question de « se prendre un râteau » et finie la solitude !

Bref, des robots sexuels, en anglais des « sexbots », qui seront en fait des sortes de poupées gonflables interactives…

Reste encore quelques questions : faire l’amour avec un robot, est-ce « moral » ? Daniel Lévy « ne voit rien de mal à cela ». En revanche, si l’on commence à parler de mariage entre humains et robots, là il faudra peut-être débattre de certains petits problèmes juridiques…

Du robot prostitué au robot conjoint, on peut imaginer toute une gamme de nouveaux compagnons. Et puis, l’avantage d’une femme ou d’un mari robot c’est que quand on en assez on peut toujours l’éteindre…

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)