Mon info, France info

Mon info. Une entreprise américaine oblige ses salariés à prendre des vacances

FullContact, une société américaine spécialisée dans la gestion des fichiers clients des entreprises, offre à ses employés une prime pour partir en vacances. À condition qu'ils "coupent" vraiment avec leur travail.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un touriste américain devant un canyon dans l\'Arizona, aux Etats-Unis
Un touriste américain devant un canyon dans l'Arizona, aux Etats-Unis (FREDERIC WITTNER / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Comme beaucoup d’entreprises, FullContact offre une prime annuelle à ses salariés. Mais pas une petite prime : près de 7000 euros par salarié. Une prime destinée à leur permettre… de partir en vacances : l’entreprise paie les vacances de ses salariés.

Dans un pays comme les Etats-Unis, souvent qualifié de "pays sans vacances", c’est une initiative pour le moins sympa et originale. Mais il y a une condition : les salariés doivent oublier leur travail. Mais vraiment. Vous connaissez le droit à la déconnexion ? Eh bien là, c’est une obligation !  Pour bénéficier de cette prime, les salariés de cette entreprise américaine ne doivent répondre à aucun appel en rapport avec le travail, et ne doivent pas lire et encore moins répondre à leurs e-mails professionnels.

Plus productifs au retour

Mais vous vous en doutez bien, ce n’est pas juste pour faire plaisir aux salariés. C’est tout simplement pour qu’ils soient… plus productifs en rentrant. Comme l’explique la société au Washington Post, les salariés reprennent le boulot avec plus d’enthousiasme et travaillent plus dur. Et ça marche, puisque Full Contact utilise cette méthode depuis sept ans. A l’époque ils n’était que dix salariés, ils sont désormais 200. L’entreprise a bien grandi. L’idée est venue du patron lui-même qui s’est rendu compte qu’il était en train de lire ses mails devant les pyramides d’Egypte. Et il s’est dit que quelque chose clochait…

Un touriste américain devant un canyon dans l\'Arizona, aux Etats-Unis
Un touriste américain devant un canyon dans l'Arizona, aux Etats-Unis (FREDERIC WITTNER / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)