Modes de vie, France info

L'évolution des frais bancaires

Comment sécuriser nos comptes en banque et à quoi s'attendre point de vue tarifs bancaires en 2014 ? Les coûts baissent-ils réellement pour les consommateurs ? Questions posées à Maxime Chipoy, spécialiste du domaine bancaire à l'UFC Que Choisir.

(©)

Depuis le début du mois, 70% des banques mettent en place
leurs nouveaux tarifs. L'association de défense des consommateurs a regardé
l'évolution entre 2010 et 2014 et constaté qu'elle manquait de tenue :
certains coûts explosent, d'autres diminuent nettement.

Parmi les coûts élevés, ceux liés à la carte bancaire. Les
tarifs augmentent encore alors que les Français paient déjà très cher leur
carte si l'on compare avec nos voisins européens : en France, on paie en
moyenne 38€ pour une carte classique, contre entre 20 et 25€ en Espagne ou en
Belgique. Certains frais augmentent fortement, comme les frais de tenue de
compte ou de retraits "déplacés", sans aucune explication
économique. Au final, les frais qui baissent sont rares.

Des différences suivant les banques

C'est le grand écart entre les tarifs des banques puisque
selon les profils, on peut payer jusqu'à 17 fois plus cher entre la banque la
plus chère et la banque la moins chère. Généralement se sont les banques en
ligne les moins chères, et sur la totalité des profils de consommation. Sur
certains profils, on peut payer 0€ de frais bancaires par an ! Mais ces
banques imposent que les consommateurs domicilient chaque mois des revenus qui
peuvent être importants (entre 750 et 3 000€ selon le type de carte que
l'on souhaite). Enfin, n'oublions pas les banques créées par les assureurs, qui
sont également assez compétitives.

Les comparatifs de tarifs bancaires

Ils reposent sur des profils de consommation, ce qui fait
qu'il est faux de faire d'un profil un cas général. Pour l'UFC Que Choisir, les
tarifs bancaires continuent d'augmenter, mais sans doute un peu moins fortement
que dans les années précédentes. En revanche, il est vrai que les frais de
dépassement de découvert devraient baisser, et ce, grâce à la limitation des
commissions d'intervention qui sont depuis la loi bancaire plafonnés à 8€,
contre par exemple 13,7€ précédemment à la Banque Populaire du Sud ou 12,5€ au
Crédit Maritime Méditerranée.

La multiplication des frais de tenue de compte

Alors que seulement 32% des banques pratiquaient les frais
de tenue de compte il y a 4 ans, c'est maintenant 62% des banques qui
pratiquent ce frais aujourd'hui, pour 23€ par an en moyenne. Sauf qu'on ne sait
pas réellement quel service recouvre ce frais, qui est vraiment un "fourre-tout".

Une nouvelle règle européenne le 1er Février

A partir du 1er février les règles de fonctionnement sur les
prélèvements devaient changer. Mais le nouveau prélèvement comporte plus de
risques que l'ancien. La commission européenne n'étant pas irresponsable, des
mécanismes de sécurisation devaient être proposés par les banques à leurs
clients, ce qui n'a pas du tout était fait, ce qui explique pourquoi la date du
1er février a été repoussée au 1er août.

Listes blanches et listes noires

Le règlement SEPA prévoit qu'un client peut aller voir sa
banque et lui donner soit la liste de ses fournisseurs, pour que la banque
refuse le passage des autres prélèvements ("liste blanche"), soit
la liste des fournisseurs qu'il refuse de payer, pour que le banquier laisse
passer tous les autres prélèvements ("liste noire"). C'est très
efficace pour lutter contre la fraude, sauf que quasiment aucune banque n'a
informé ses clients sur ces sécurités, ni sur leur site internet, ni dans les
brochures tarifaires !

Les craintes

L'UFC Que Choisir a constaté que les banques avaient
commencé à mettre en place des frais pour les prélèvements SEPA, alors même
qu'ils continuent à facturer des frais pour les anciens prélèvements. Une
volonté de faire "d'une pierre, deux coups" sur la facturation des
prélèvements.

Préconisation

Sur les tarifs, un seul mot d'ordre : comparer et
changez de banque ! Mais pour cela, encore faut-il faciliter la procédure
de changement de banque. C'est pourquoi nous demandons la portabilité du numéro
de compte bancaire, à l'image de ce qui a été fait sur le marché de la
téléphonie pour le numéro de téléphone.

Sur le SEPA,  le
gouvernement doit mette la pression sur les banques pour qu'on ait une vraie
information sur les mécanismes de sécurité, et que les clients puissent mettre
en place gratuitement les listes noires et blanches, qui sont après tout faits
pour éviter les fraudes !

(©)