Modes de vie, France info

Faire des travaux dans sa maison

Avec les beaux jours les envies de tout changer dans la maison reviennent ! Avec l'été qui se profile, tout est permis, à condition d'avoir un peu d'imagination et de respecter quelques règles. Passage en revue des possibilités avec Maïlys Honoré, journaliste dans le Groupe de Particulier à Particulier.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Le remplacement des fenêtres

Les surfaces vitrées sont responsables d'une grande partie
des déperditions thermiques d'un logement. Il est donc important d'opter pour
de nouvelles portes et fenêtres, étanches et résistantes, posées dans les
règles de l'art par un professionnel. A la clef, des économies d'énergie :
ce type de travaux peut faire gagner jusqu'à deux mois de chauffage !
Aujourd'hui, les matériaux allient performances et esthétique, les produits
sont déclinés en tailles standard et sur-mesure. Au choix, trois
matériaux : le PVC, le bois et l'aluminium.

Quel matériau choisir ?

Le PVC, de son nom complet, polychlorure de vinyle, offre le
meilleur rapport qualité/prix, est très isolant et surtout sans entretien. Il
tient le haut du marché. Si le design est longtemps resté sa faiblesse, le PVC
s'affiche aujourd'hui en couleurs avec des profils affinés pour une surface
vitrée plus importante. Le bois, produit noble, chaleureux, durable et isolant, est symbole d'authenticité et de tradition. Aujourd'hui, les menuiseries
se modernisent grâce à la diversité des essences utilisées, et aux formes
proposées. Seul inconvénient : son entretien. Contrairement au PVC, le
bois réclame des soins, même si les dernières innovations permettent de le
rendre insecticide, fongicide et hydrofuge. L'aluminium qui séduit par sa discrétion et son côté
tendance. Ce matériau haut de gamme offre un choix de teintes importantes, des
profilés fins, et sa rigidité lui permet de réaliser de grande portée afin
d'équiper les baies coulissantes. L'aluminium résiste aussi à la corrosion et à
l'humidité, et son entretien est facile. Seul ombre au tableau : son prix
plus élevé.

Peut-on tout faire ?

Aucune déclaration de travaux n'est à faire pour le
remplacement d'une ancienne fenêtre par un produit similaire. En revanche, en
cas de modifications des dimensions ou de l'aspect, il est obligatoire de faire
une demande d'autorisation en mairie. Attention, si vous habitez en copropriété
ou en lotissement, des règles plus strictes peuvent vous être imposées, le plus
souvent sur le choix du matériau et de la couleur, afin de préserver une
certaine unité architecturale. Renseignez-vous auprès du syndic. Les communes,
elles aussi, peuvent instaurer des règles particulières.

Si le logement concerné est situé dans un secteur soumis aux
Architectes des Bâtiments de France (ABF), la demande d'autorisation de travaux
doit être déposée auprès de l'ABF du département ou du service des Monuments
historiques.

Le crédit d'impôt

Il existe encore un crédit d'impôt de 10% pour le changement
de porte et de fenêtre. Pour en bénéficier, les nouveaux équipements doivent
répondre à un niveau de performance minimal. Le crédit d'impôt concerne
uniquement le coût des produits, et pas la main-d'œuvre, et est accordé si
l'installation est réalisée par une entreprise. Attention, en maison
individuelle, la réalisation de ce seul changement de fenêtres ne permet plus
d'obtenir le crédit d'impôt. Il doit être réalisé dans le cadre d'un bouquet de
travaux.

L'extension de la maison

Tout le monde ne peut pas forcément agrandir sa maison. Tout
dépend du COS (coefficient d'occupation des sols) en vigueur dans la ville et
de la taille du logement. Le COS détermine la superficie maximale de la maison
par rapport à la taille du terrain. Par exemple, si vous êtes propriétaire
d'une maison de 70 m²
sur une parcelle de 240 m²
et que le COS est de 0,8, vous pouvez construire jusqu'à 192 m² (240x0,8). Vous pouvez donc
envisager une extension de 122 m²
(192-70 m²) !
En fonction de votre maison, vous pouvez décider de la surélever d'un étage ou
de l'agrandir horizontalement en empiétant sur le jardin.

Le permis de construire

Pour une extension le permis de construire n'est pas
forcément nécessaire. La loi a changé depuis 2012. Auparavant, une demande de
permis de construire était obligatoire lorsque la surface créée dépassait 20 m². Elle a été portée à 40 m². En principe, car il existe un
certain nombre de conditions à remplir pour ne se contenter que d'une simple déclaration
préalable de travaux.

La maison doit être située dans une zone couverte par un PLU
(Plan local d'urbanisme) ou par un POS (Plan d'occupation des sols), et ne pas
être située en secteur protégé. Elle doit encore être attenante à la maison.
Ensuite, l'extension réalisée ne doit pas faire passer la surface de plancher
totale de la construction au dessus de la barre fatidique des 170 m² (surface qui rend obligatoire
le recours à un architecte). Le mode de calcul de cette surface de plancher a
d'ailleurs lui aussi changé et les modifications, notamment la prise en compte
des caves, celliers et autres annexes, sont en vigueur depuis le 1er mars
dernier (article R112-2 du Code de l'urbanisme). Enfin, n'oubliez pas de
demander votre autorisation et de l'afficher sur votre maison pendant toute la
durée des travaux.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)