Modes de vie, France info

Comment entrer au Conservatoire d'art dramatique ?

Moins de 3% des candidats parviennent à intégrer chaque année le Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Une sélection impitoyable pour les postulants qui doivent suivre deux ans d’études au préalable avant de se présenter aux auditions.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Sophie de Tarlé nous donne tous ses conseils pour intégrer l’école qui a formé les plus grands. Une enquête exclusive qui paraît également sur le site letudiant.fr.  

Pourquoi le Conservatoire

fait autant rêver ?

Le CNSAD (Conservatoire national supérieur d’art dramatique)
s’apparente à un Graal pour tout jeune qui se rêve comédien. Zélie, 18 ans y
songe depuis plusieurs années déjà. “J’ai eu le déclic au lycée : j’y ai suivi
un cours de théâtre passionnant qui m’a donné envie de faire ce métier”
,
explique-t-elle. Depuis septembre 2011, elle partage ses ambitions avec les
autres élèves du cours
Stéphane Auvray-Noroy dans le XXe arrondissement de Paris
, tout en suivant
en parallèle une licence d’espagnol à l’université Sorbonne-Nouvelle. Il faut dire que l’établissement, dont la
création remonte à 1794, conserve un prestige inégalé et offre des conditions
d’études exceptionnelles à ses élèves. Cette école, qui dépend du Ministère de la culture, a formé des grands noms du métier comme Jean-Paul Belmondo, Carole
Bouquet, Catherine Frot et Jean-Pierre Marielle. Cerise sur le gâteau, depuis
2007, le directeur est le célèbre metteur en scène et acteur de cinéma, Daniel
Mesguich.

**Une entrée difficle

**

C’est peu de dire que le Conservatoire national d’art
dramatique est sélectif : chaque année seuls 15 filles et 15 garçons sont admis
pour 1.300 candidats. Traditionnellement, la sélection est plus rude pour les
filles (910 candidates pour 390 garçons seulement en 2011, soit un taux
d’admission de 1,6 % pour elles, contre 3,84 % pour eux), même si les garçons
sont chaque année plus nombreux. Les auditions d’entrée sont particulièrement
éprouvantes. Accessible aux bacheliers âgés de 18 à 25 ans au 1er octobre de
l’année du concours, l’examen d’entrée comprend 3 auditions dites du premier,
du deuxième et du troisième tour. À chaque fois, les candidats doivent venir
accompagnés d’un partenaire qui leur donnera la réplique. Il faut préparer quatre scènes différentes. En
théorie, une simple attestation de formation théâtrale d’un an est exigée au
moment du concours. En réalité, les épreuves ayant lieu au printemps, les
candidats auront passé deux, voire trois dans un cours de théâtre.

**Comment choisir son cours

de théâtre ? **

Unique
centre d’information sur le théâtre, le CNT (Centre national du théâtre) publie sur son site la
liste des écoles. Certains
conservatoires municipaux  proposent un
enseignement de qualité pour un prix très compétitif
. L’entrée, qui se fait sur audition, est de
plus en plus sélective,
surtout pour les conservatoires parisiens les plus
cotés. De loin le plus prisé, le Conservatoire du Ve arrondissement de
Paris
n’a qu’une classe de 30 élèves, tous niveaux confondus, et ne prend
de nouveaux élèves qu’en fonction du nombre de départs. Pour postuler dans l’un
des 20 conservatoires de la capitale, vous trouverez des informations sur le site de la Mairie de
Paris
à partir du mois d’avril. Les candidats doivent classer 3 vœux à
partir de la fin du mois de mai. Ensuite, dès qu’un conservatoire enregistre
250 vœux, il clôture les inscriptions. Mieux vaut donc ne pas traîner… Côté privé, il existe de très nombreux cours
de théâtre. Rien qu’en Île-de-France, le CNT en a recensé près de
80 !

**Les

cours de théâtre qui obtiennent les meilleurs résultats**

L’Etudiant s’est procuré en exclusivité
l’origine des admis : selon les cours, les taux d’admission varient de 5
% à plus 66 %. Quelques exemples : en 2011, le cours Florent a réussi une belle
performance en intégrant 17 de ses élèves (sur 30 admis au total au CNSAD),
mais sur près de 330 candidats présentés. Plus sélectif, le Studio d’Asnières
conserve lui aussi son excellente réputation d’année en année, en intégrant 5
élèves pour 50 candidats. Quant aux conservatoires municipaux parisiens, ils
ont acquis une belle cote, en particulier le conservatoire du Ve qui a intégré
2 élèves sur 21 en 2011. À noter, une jeune école a récemment fait une percée
remarquable : l’École Auvray-Nauroy, dans le XXe arrondissement de la capitale,
qui a réussi à intégrer 2 élèves sur 3 présentés, alors que l’école n’a que
cinq ans d’existence. Quant à l’école du jeu, elle eu un admis sur 15
candidats. Mais les autres années, d’autres cours de théâtre ont obtenu des
admissions aux concours des écoles nationales : l’École
Charles-Dullin
(Paris Xe), l’École Claude Mathieu (Paris XVIIIe), les Ateliers du Sudden
(Paris XVIIIe) et Les
enfants terribles
(Paris XXe).

**Des

conseils pour réussir**

Maria-Pia Bracchi, professeur d’interprétation aux Ateliers
du Sudden (Paris XVIIIe) explique :
"choisissez des rôles qui correspondent aux sentiments que vous
connaissez, avec des enjeux proches de votre âge. Ne jouez pas Argon, le malade
imaginaire de Molière : vous ne serez pas crédible. Même chose pour le rôle de
Médée (Corneille) qui a tué ses deux enfants
!
Ensuite , poursuit-elle, évitez également les scènes qui exigent une
prouesse technique, comme le monologue de Zerbinette, dans les Fourberies de Scapin
qui est une scène de fous rires"
. Pour Zita Hanrot qui a réussi le concours du
Conservatoire : "le principal est de choisir une scène qu’on a envie de
défendre. Et d’être tenace : c’est éprouvant, il ne faut jamais lâcher
l’affaire
.” C’est bien parti pour Zita, qui a depuis tourné avec Clovis
Cornillac et Manu Payet dans le film Radiostar qui sortira en avril 2012.

(©)