Cet article date de plus de neuf ans.

Chaque lampe basse consommation a son usage

écouter (7min)
Fini les traditionnelles ampoules à incandescence. Vous n'en trouverez plus en rayons. Place aux ampoules basse consommation ou " à économies d'énergie ". Le choix n'est pas simple et il est préférable de s'informer pour éviter les déceptions.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (©)

Il existe trois grandes catégories d'ampoules : les
fluo-compactes, les halogènes et les LED. Toutes prétendent en effet être
économiques. Mais aucune n'est parfaite. Chaque famille a ses avantages et ses
inconvénients. Le point avec Jean-Paul Geai, de Que Choisir .

Les fluo-compactes

Elles sont plus onéreuses que les halogènes à l'achat mais
consomment peu et durent plus longtemps. A l'issue du test de Que Choisir,
aucune n'a lâché au bout de 5.000 heures ; les meilleures d'entre elles
durent facilement 10.000 heures, voire plus.

Elles se rentabilisent assez vite à l'usage et leurs défauts
d'origine, lumière froide et format volumineux, appartiennent au passé. Les
fluo-compactes conviennent aujourd'hui à pratiquement tous les luminaires, s'allument
instantanément, y compris si les allumages sont brefs et répétés, comme un
va-et-vient dans un couloir ou des toilettes. Il faut en revanche éviter
l'extérieur, les fluo-compactes n'aiment pas les grands froids.

Les halogènes

Les halogènes sont bien moins chères mais pas forcément plus
rentables. Les halogènes, c'est un peu la version améliorée de nos anciennes
ampoules traditionnelles, à incandescence. Elles consomment un peu moins
d'électricité que les anciennes ampoules mais beaucoup plus que les
fluo-compactes, quatre fois plus. Il faut donc les changer plus souvent. Donc
les économies à l'achat sont perdues à l'usage.

Les halogènes sont en revanche utiles pour éclairer les
jardins, les terrasses ou les locaux non chauffés l'hiver. Elles peuvent aussi
convenir aux minuteries et aux variateurs, si l'emballage le précise.

Les LED

Même si leurs prix diminuent, les LED restent encore
aujourd'hui à des tarifs prohibitifs : une douzaine d'euros pour les moins
chères, mais les prix peuvent grimper jusqu'à 60 € ou 80 €. Autant dire qu'à 30
€ ou plus, l'investissement n'est guère rentable par rapport à une
fluo-compacte, même si les LED tiennent jusqu'à 25.000 heures pour les mieux
notées.

Les LED sont vraiment des ampoules multi-usages : elles
s'allument instantanément, supportent les allumages répétitifs, peuvent
s'utiliser en extérieur, même en plein hiver quand il fait – 10 °C dehors.

Les LED sont dangereuses pour les yeux ?

Les LED se partagent en deux catégories : les ampoules
classiques et les spots.

Les ampoules LED classiques sont sans danger, le LED est
entouré d'un verre dépoli ou en plastique protecteur. Les diodes LED ne sont
pas apparentes. C'est différent pour les spots qui, si l'on est trop près,
peuvent être dangereux pour le cristallin de l'œil, notamment chez les jeunes
enfants chez qui le cristallin est en plein développement. A 20 cm, le risque est réel, il diminue
plus l'on s'éloigne.

A quoi faut-il prêter attention ?

Il y a quatre informations à prendre en considération :

Le flux lumineux, exprimé en lumens avec sa traduction en
watts : 700 à 750 lumens, c'est l'équivalent des 60 watts des anciennes
ampoules. Plus il y a de lumens, plus l'ampoule éclaire. Les degrés kelvins, c'est la lumière de l'incandescence.
Plus on monte en kelvins, plus la lumière est d'un blanc froid. Le temps d'allumage. Sur les fluo-compactes, il peut varier
de deux secondes à près d'une minute. Le nombre de cycles : 5.000, 10.000, 20.000 voire plus,
c'est le nombre de cycles d'allumages/extinctions garanti. Pour une ampoule
destinée à éclairer un lieu de passage ou les toilettes, 20.000 cycles est le
strict minimum. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.