Mise à jour, France info

"Ce qui est rigolo, c'est que les spectateurs m'en demandent encore", confie l'humoriste Raphaël Mezrahi

L’humoriste Raphaël Mezrahi est l’invité de "Mise à jour". Il est du 16 décembre 2017 au 13 janvier 2018 au Théâtre du Musée Grévin pour son spectacle, Ma grand-mère vous adore.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Raphaël Mezrahi
Raphaël Mezrahi (RADIO FRANCE / JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT)

Le spectacle de Raphaël Mezrahi, Ma grand-mère vous adore, est joué jusqu'au 13 janvier au Théâtre du Musée Grévin. Pourquoi ce titre ? "Parce que il y a une fille de 26 ans, ou 27, qui est sublime que je rencontre dans un supermarché, qui me voit, et qui me dit 'Ma grand-mère vous adore'. Puis moi j’attendais la suite, qu’elle me dise 'Bah oui, moi aussi'. Et puis non en fin de compte non", raconte-t-il.

"Je me suis dit : 'j’ai déjà un titre, ça, ça me plaît, et maintenant je vais essayer de faire l’affiche, après je vais essayer de mettre du contenu'. Et ça c’est fait comme ça, tranquillement", poursuit Raphaël Mezrahi.

Un homme qui s'ennuie

Le personnage qui est sur scène est un homme qui s'ennuie au plus haut point. "Ah mais tout m’ennuie", confirme l'humoriste. "Je ne suis pas blasé, je ne suis rien de tout ça. J’adore le bricolage, j’adore rendre service. La moitié de mon temps je suis chez des gens connus ou pas, mais j’installe des paraboles, je répare des lavabos, je fais beaucoup de bricolage", explique-t-il.

Dans son spectacle, il raconte aussi comment, suite à quiproquo, il a organisé des soirées de soutien à l'ex-otage Ingrid Bettencourt, après avoir croisé sa fille par hasard en sortant du BHV, où il venait d'acheter une scie de désincarcération. "Ce qui est rigolo, c'est que les spectateurs m'en demandent encore", lance l'humoriste.

Sa mise à jour ? "Une mise à jour, vous n’effacez rien, ça met à jour, je suis très technique (...) Sur moi, il y a tout à mettre à jour, il faut que je fasse un reset, ce n’est plus une mise à jour", répond Raphaël Mezrahi.  

Raphaël Mezrahi
Raphaël Mezrahi (RADIO FRANCE / JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT)