Cet article date de plus de dix ans.

Regards européens sur la campagne du premier tour

écouter
A cinq jours du premier tour de l'élection présidentielle, les derniers moments de campagne peuvent-ils encore réserver des surprises ? C'est l'une des questions auxquelles répondent les deux invités : Sophie PEDDER, correspondante à Paris de l'hebdomadaire "The Economist" et Stefan BRÄNDLE du journal autrichien "Der Standard".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

En prévoyant un duel entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, les sondages pour le deuxième tour ne laissent percer aucune surprise. Mais cela pourrait entraîner une frustration des électeurs dans leur vote au premier tour. Comme en 2002, une situation inattendue n'est donc pas à exclure.  Dans la semaine, on a parlé de la montée du candidat Jean-Luc Mélenchon, mais dans le même temps, une enquête indiquait que 26% de jeunes âgés de 18 à 24 ans voteraient pour Marine Le Pen. Cette donnée montre qu'il faut rester attentif au résultat que pourrait obtenir la candidate du Front national. 

Les deux invités reviennent sur la Une que "The Economist" consacrait fin mars au déni des réalités françaises dans la campagne électorale, et ils confirment cette analyse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.