Micro européen, France info

Micro européen. La paix à l’aune du monde

Le rapport annuel de Global Peace Index (GPI), l’indice mondial de la paix est la principale mesure de la paix dans le monde. Il jauge les conflits nationaux et internationaux en cours, la sécurité dans la société, et le degré de militarisation dans 163 pays et territoires, en tenant compte de 23 indicateurs. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La colombe de la Paix de Pablo Picasso (1881-1973) dessin (1950)
La colombe de la Paix de Pablo Picasso (1881-1973) dessin (1950) (RMN-GRAND PALAIS / AGENCE BULLOZ)

"Dès que nous naissons, nous pleurons d'être venus sur ce grand théâtre de fous", écrivait William Skakespeare. L’indice mondial de la paix de la 13e édition du rapport annuel de Global Peace Index (GPI) est la principale mesure de la paix dans le monde. Mesure des conflits nationaux et internationaux en cours, de la sécurité dans la société et du degré de militarisation dans 163 pays et territoires en tenant compte de 23 indicateurs.

Ce rapport est produit par le groupe de réflexion international, Institute for Economics and Peace (IEP), l’Institut pour l’Économie et la Paix, groupe indépendant qui se consacre à déplacer l’attention du monde vers la paix en tant que mesure positive, réalisable et tangible du bien-être humain et du progrès. Ses bureaux sont situés à Sydney, New York, La Haye et Mexico.

L'analyse la plus complète à ce jour

Ce  rapport dit GPI présente l'analyse, la plus complète à ce jour, basée sur des données sur la paix, sa valeur économique, ses tendances et la manière de développer des sociétés pacifiques. Il couvre 99,7% de la population mondiale et utilise 23 indicateurs qualitatifs et quantitatifs provenant de sources très respectées pour établir l’indice. Ces indicateurs sont regroupés en trois domaines clés : ‘conflit en cours’, ‘sûreté et sécurité’ et ‘militarisation’.

Steve Killelea est le fondateur et président exécutif de l'IEP. Il a déclaré : "Alors que les conflits et les crises apparus au cours de la dernière décennie ont commencé à s'atténuer, l'inégalité de la paix - l’écart entre les pays les moins et les plus pacifiques - continue de se creuser".

Niveau moyen de la paix dans le monde

Le rapport révèle que le niveau moyen de la paix dans le monde s’est amélioré pour la première fois en cinq ans. Cependant, malgré cette amélioration, le monde reste beaucoup moins pacifique qu’il y a 10 ans, le niveau moyen de paix s’est ainsi détérioré de 3,78% depuis 2008. Aujourd’hui, 86 pays ont amélioré leur score d'une année à l'autre, tandis que 76 ont enregistré une détérioration.

L'Islande reste le pays le plus pacifique au monde, position qu'elle occupe depuis 2008. L’Islande est rejointe en haut de l'indice par la Nouvelle-Zélande, l'Autriche, le Portugal et le Danemark. Le Bhoutan a enregistré la plus forte amélioration parmi les pays du top 20, avec une hausse de 43 places au cours des 12 dernières années.

L'Afghanistan est maintenant le pays le moins pacifique du monde, remplaçant la Syrie, qui est maintenant le deuxième moins pacifique. Le Soudan du Sud, le Yémen et l'Irak font partie des cinq pays les moins pacifiques restants. C'est la première année depuis la création de l'indice que le Yémen est classé parmi les cinq pays les moins pacifiques.

Le monde en 9 régions

Quatre des neuf régions du monde sont devenues plus pacifiques au cours de la dernière année. La plus grande augmentation de la paix s'est produite dans la région de la Russie et de l'Eurasie, suivie par le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. Dans ces deux régions, le nombre de décès dus au conflit a diminué en raison de la réduction progressive des conflits en Ukraine et en Syrie. La baisse du nombre de morts liées au conflit s'est traduite par une baisse du nombre de morts dues au terrorisme.

L'Europe, région la plus pacifique du monde

Pour Serge Stroobants, le directeur du département Europe et MENA, "Moyen-Orient et Afrique du Nord", l’Europe est la région la plus pacifique du monde. Elle est devenue un peu plus pacifique en moyenne en 2018. 22 des 36 pays d’Europe se sont améliorés. L’Europe continue de dominer le sommet de l’indice avec 17 des 25 pays les plus pacifiques.

Seule la Turquie, avec 152, figure parmi les 50 pays les moins pacifiques. Et la périphérie de l’Europe, et Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, ces régions les moins pacifiques du monde se sont légèrement améliorées l’année dernière, grâce aux progrès réalisés dans 11 pays.

La Syrie n’est plus le pays le moins pacifique du monde et le redressement a commencé à se concrétiser en Irak. Quant à l’autre périphérie de l’Europe, la Russie et l’Asie centrale, elles demeurent moins pacifiques que la moyenne mondiale, et grâce à l’IPG, cela a entraîné la plus grande amélioration régionale.

Liberté, stress, inquiétude et violence

Pour la première fois, les analyses du GPI font apparaître des données sur la perception du public. Elles ont été analysées pour évaluer et comparer les perceptions de la paix avec la réalité. Une comparaison des perceptions du bien-être, et des scores de tranquillité correspondants, montre une forte corrélation entre les deux.

Liberté : Au fur et à mesure que la paix augmente, la satisfaction à l'égard de la vie, la liberté et les sentiments de respect augmentent également. En 2018, tous les États à très haute paix obtenaient plus de 60% de satisfaction dans les trois tendances, suivis par 61% des États à haute paix, 50% des États à paix moyenne, 39% des États à paix faible et 33% des États de faible paix.

Stress, inquiétude et tristesse : Les expériences de tristesse, de stress et d'inquiétude sont à la hausse, quel que soit le niveau de la paix. Au cours de la dernière décennie, la tristesse a augmenté dans 77 pays, alors que seuls 20 pays ont connu une tristesse réduite. Parmi ceux qui ont augmenté en tristesse, 44 ont eu une détérioration correspondante du niveau de la paix. Parmi ceux dont la tristesse a diminué, 60% ont enregistré une augmentation correspondante du calme. Moins de la moitié des pays dont le niveau de stress et d'inquiétude s'est amélioré ont enregistré une amélioration correspondante de leurs scores.

Impact économique de la violence

La violence continue d’avoir un impact significatif sur la performance économique dans le monde entier. Dans les 10 pays les plus touchés par la violence, l'impact économique moyen de la violence équivalait à 35% du PIB, contre seulement 3,3% dans les pays les moins touchés par la violence. La Syrie, l'Afghanistan et la République centrafricaine ont subi le coût économique le plus élevé de la violence en 2018, en pourcentage de leur PIB, équivalent à 67%, 47% et 42% du PIB, respectivement.

L'impact économique de la violence sur l'économie mondiale en 2018 était de
14 000 milliards de dollars en termes de parité de pouvoir d'achat (PPA). Ce chiffre équivaut à 11,2% de l’activité économique mondiale (produit mondial brut). L'impact économique de la violence s'est amélioré de 3,3% en 2018.

La plus grande amélioration a été constatée dans les conflits armés, qui ont diminué de 29% pour s'établir à 672 milliards de dollars, en raison de la diminution de l'intensité du conflit en Syrie, en Colombie et en Ukraine. L’impact économique du terrorisme a également été considérablement réduit, de 48% entre 2017 et 2018.

Terrorisme et militarisation

Deux des trois domaines de l'IPG se sont détériorés au cours de la dernière décennie, le conflit en cours se détériorant de 8,69% et la sûreté et la sécurité de 4,02%. Le terrorisme et les conflits internes ont été les principaux contributeurs à la détérioration de la paix dans le monde. 

104 pays ont enregistré une augmentation de leurs activités terroristes, alors que seulement 38 se sont améliorés et le nombre total de morts lors de conflits a augmenté de 140% entre 2006 et 2017.

Cependant, contrairement à l'opinion publique, le domaine de la militarisation a enregistré une amélioration de 2,6% depuis 2008. Le nombre de membres des forces armées pour 100 000 habitants a diminué dans 117 pays et les dépenses militaires en pourcentage du PIB ont diminué dans 98 pays. 63 pays augmentent leurs dépenses.

Prise en compte du changement climatique

Cette analyse souligne également l'impact potentiel à long terme du changement climatique sur les niveaux de paix. On estime que 971 millions de personnes vivent dans des zones fortement ou très fortement exposées aux aléas climatiques. Sur ce nombre, 400 millions, soit 41%, résident dans des pays où le niveau de paix est déjà faible.

Les changements climatiques peuvent augmenter indirectement la probabilité de conflits violents en raison de leurs impacts sur la disponibilité des ressources, la sécurité des moyens de subsistance et la migration. Huit des 25 pays les moins pacifiques ont 10% ou plus de leur population dans des zones à haut risque climatique, soit 103,7 millions de personnes en danger. Ces pays sont le Sud-Soudan, l’Irak, la Libye, la République démocratique du Congo, le Soudan, la Corée du Nord, le Nigéria et le Mexique.  

Aperçu des autres régions du monde

La paix en Asie-Pacifique s'est améliorée dans les trois domaines du GPI l'an dernier, principalement en raison de l'augmentation du financement des opérations de maintien de la paix des Nations Unies et de la réduction du nombre de manifestations violentes et du nombre de morts résultant de conflits internes. Toutefois, l’impact du terrorisme a continué de s’aggraver, de même que les conflits internes et les conflits externes.

L’Amérique centrale et les Caraïbes se sont détériorées dans les trois domaines de paix l’an dernier. Sept pays se sont améliorés tandis que cinq se sont détériorés, mais comme il est typique des ruptures de paix, les détériorations ont été plus importantes que les améliorations.

La paix en Amérique du Nord s'est détériorée l'année dernière, enregistrant la deuxième plus grande détérioration régionale. Le Canada a légèrement amélioré son score global, mais la détérioration aux États-Unis a été beaucoup plus importante. Bien que le Canada reste l'un des 10 pays les plus pacifiques au monde, les États-Unis ont perdu quatre places pour se classer au 128e rang de l'indice en 2019.

Seuls la Colombie, l'Uruguay et le Chili se sont améliorés en Amérique du Sud l'année dernière, alors que le reste de la région s'est détérioré. Le Venezuela est maintenant le pays le moins pacifique d'Amérique du Sud et le Brésil a enregistré la cinquième chute la plus importante au monde, avec neuf indicateurs en détérioration et un seul en amélioration.

Le score moyen en Asie du Sud s'est amélioré l'année dernière en raison d'améliorations enregistrées au Népal, au Pakistan, au Bhoutan et d'un léger gain en Afghanistan. Cependant, la région a toujours le deuxième rang le plus bas, juste devant sa voisine MENA.

Les résultats en Afrique subsaharienne étaient mitigés l’année dernière selon les indicateurs et les pays. La paix s’est détériorée dans 27 des 44 pays de la région, entraînant un affaiblissement des trois domaines de l’IPM, tandis que 12 des 23 indicateurs de la région se sont améliorés et huit se sont détériorés.

La colombe de la Paix de Pablo Picasso (1881-1973) dessin (1950)
La colombe de la Paix de Pablo Picasso (1881-1973) dessin (1950) (RMN-GRAND PALAIS / AGENCE BULLOZ)