Micro européen, France info

Micro européen. Italie 2021 : les 75 ans de la République italienne

Quelle est la situation de l'Italie en ce début d'année 2021 ? L'un des pays d'Europe les plus touchés par l'épidémie de Covid-19, avec plus de 84 000 décès, s'apprête à célébrer de nombreuses commémorations en 2021, notamment les 75 ans de sa République.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le président de la République italienne, Sergio Mattarella avec le Premier ministre, Guiseppe Conte lors d\'un meeting à Rome en 2019.
Le président de la République italienne, Sergio Mattarella avec le Premier ministre, Guiseppe Conte lors d'un meeting à Rome en 2019. (JACOPO LANDI / HANS LUCAS / AFP)

Avec 84 674 décès dus au Covid-19, l’Italie est l’un des pays les plus touchés par l’épidémie en Europe, pour 60 millions d’habitants, avec aujourd’hui 2 441 854 cas confirmés (source Worldometers).

Le gouvernement de Guiseppe Conte a sauvé sa tête

Comme le souligne notre invité, le correspondant à Paris du quotidien Avvenire, Daniele Zapalla, politiquement, le président du Conseil (le Premier ministre) Giuseppe Conte a, on peut le dire, sauvé sa tête ou, du moins, son gouvernement, lors d’un vote de confiance au Sénat, le mardi 19 janvier dernier. Le gouvernement de Giuseppe Conte est constitué de l’alliance du Parti démocrate, le centre gauche, et le Mouvement 5 étoiles, un mouvement antisystème.

Même si le président du Conseil italien se refuse à des compromis avec les souverainistes, ou les "antisystèmes", sa coalition avec le Mouvement 5 étoiles pose question, parce qu’il fut aussi un gouvernement de coalition avec la Ligue, le parti nationaliste de Matteo Salvini. Le surréalisme à l’italienne existe, il n’est pas que belge.

Face à un fort endettement, le futur du gouvernement était compté, et pourtant le président du Conseil italien a obtenu la confiance des deux chambres, ce qui ne présage en rien d’un bon avenir pour son gouvernement, parce que ni le Parti démocrate, encore moins le Mouvement 5 étoiles ont la capacité de pouvoir gouverner, encore moins avec un président du Conseil, Giuseppe Conte, dont beaucoup d’Italiens, d'Italiennes, se demandent, encore et toujours, qui est cet homme… Mais la crise institutionnelle fomentée par Matteo Renzi, n’a pas eu l’effet escompté, et Renzi a retiré son soutien au gouvernement de Conte, qui sort très affaibli de cette crise gouvernementale.

Une Italie "à genoux"

Si l’épidémie a fortement touché l’Italie, doublée d’une crise gouvernementale, c’est l’économie italienne qui est mise à mal. Si Fiat est toujours "contrôlée" par la famille Agnelli, Fiat a rejoint un groupe automobile international. Ainsi l'entreprise devient un peu moins italienne, et c’est peut-être le chant du cygne de cette industrie italienne composée naguère de grands groupes tels Fiat ou Olivetti.

Il n’en demeure pas moins que l’Italie a conservé sa structure d’industries familiales. La Toscane ou l’Émilie-Romagne, riches régions italiennes qui ont vu, pour la Toscane, la naissance de la première banque au monde, Monte Paschi di Sienna, ces deux provinces sont la réalité du quotidien italien, plutôt fondée sur une réalité plus locale que nationale. L’Italie a été le premier pays au monde à créer le concept de coopérative, et aujourd’hui comme hier, l’économie italienne, ainsi que l’industrie, sont basées sur l’industrie familiale, donc moins touchée par les fluctuations boursières.

Il n’est pas rare, durant les foires et expositions internationales, que l’espace de l’Italie soit le plus vaste. Parce que les exposants arrivent par centaines, une nouvelle fois, des sociétés italiennes familiales produisant une pièce, un élément, de qualité, qui, joint à d’autres par un consortium produiront une machine. D’ailleurs, l’Italie doit être le seul pays au monde où des sociétés familiales produisent des nœuds de soie, de tissus qui se verront achetés pour les grandes occasions. Et s’il faut parler de Ferrari, Maserati ou Barilla, elles restent des entreprises familiales.

Il en va de même pour l’agriculture italienne qui est en train de faire un bond vers le "bio", bond initié dans les années 80, quand était créée "Slow Food", association très intellectuelle, gastronomique, qui mettait un point d’honneur à valoriser des produits alimentaires.

2021 : l’année des commémorations

Si l’Italie prendra la présidence du G20, qtui se tiendra les 30 et 31 octobre 2021 à Rome, les commémorations italiennes vont se succéder toute l'année. Tout d’abord les 700 ans de la mort de Dante Aligieri, l’auteur de la Divine Comédie, Le Paradis, le Purgatoire et l’Enfer, souhaitons que le paradis revienne en Italie. Puis le 160e anniversaire de l’unité italienne, le 150e anniversaire de Rome en tant que capitale de l’Italie, et les 75 ans de la République italienne seront célébrés.

Ainsi 2021 sera une année de célébrations et de souvenirs historiques, mais surtout une année d’espoirs, attendus par tout le peuple italien qui en a fort besoin, et qui, aujourd’hui, est réuni autour de son président, Sergio Mattarella, qui va fêter en juillet prochain ses 80 printemps, et qui assume seul l’unité du pays. Vaste programme…    

Le président de la République italienne, Sergio Mattarella avec le Premier ministre, Guiseppe Conte lors d\'un meeting à Rome en 2019.
Le président de la République italienne, Sergio Mattarella avec le Premier ministre, Guiseppe Conte lors d'un meeting à Rome en 2019. (JACOPO LANDI / HANS LUCAS / AFP)