Cet article date de plus d'un an.

Micro européen. Belgique, un gouvernement très attendu

écouter (6min)

Depuis le 30 septembre dernier, le gouvernement belge est synonyme d’espoir pour les Belges.

Article rédigé par
José-Manuel Lamarque - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
De gauche à droite : le ministre des finances, Alexander De Croo, le roi Philippe et le président du Parti socialiste, Paul Magnette, à leur arrivée au palais royal, à Bruxelles, le 30 septembre 2020. (FRANCOIS WALSCHAERTS / AFP)

Enfin un gouvernement fédéral en Belgique après 16 mois de tergiversations, soit 16 mois d’attente après des élections fédérales et près de deux ans après la chute du gouvernement Michel.  

C’est le libéral flamand Alexander De Croo qui est à la tête du gouvernement belge, une coalition de sept partis avec un but, éviter un retour aux urnes qui favoriserait les partis d’extrême droite flamand et d’extrême gauche wallon, 10 ans avant le bicentenaire du royaume.

Comme nous l’explique Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef du quotidien Le Soir, cette longue attente était due au résultat des élections fédérales qui, d’un côté, voyait la victoire du puissant PS belge et de la NVA, la droite nationaliste flamande. Ne pouvant y avoir d’accord entre les deux partis pour former un gouvernement, il a donc fallu attendre 16 mois pour trouver une issue favorable à la formation d’un gouvernement fédéral. A Noter que s’agissant d’un gouvernement fédéral, les gouvernements régionaux ont continué à fonctionner, donc la Belgique n’était pas sans gouvernement.      

Vivaldi le gouvernement fédéral belge   

On l’appelle Vivaldi, on pense aux quatre saisons, mais le gouvernement fédéral belge comporte 7 partis. Premier constat, la formation de ce gouvernement a mis à l’écart la droite nationaliste flamande, la NVA, encore plus l’extrême droite flamande, le Vlaams Belang, l’ancien Vlaams Blok depuis 2004.   

Pour la première fois de son histoire, le nouveau gouvernement belge est composé à égalité d’autant de femmes que d’hommes. Ce gouvernement veut se focaliser sur l’accès à des soins de santé de qualité, l’enseignement, la protection sociale et l’agriculture à petite échelle. Pour Vivaldi, il s’agit de réconcilier la prospérité, la justice et la durabilité. Ce gouvernement s’appuie sur une colonne vertébrale basée sur le développement durable, et ce, en pleine crise sanitaire.   

La nouvelle équipe au pouvoir fait du développement durable la colonne vertébrale de ses politiques, et ce, face à la pandémie qui frappe durement le pays, la crise économique et sociale. Le nouveau gouvernement fédéral place la lutte contre la crise climatique au centre de ses priorités, avec un suivi de l’Accord de Paris, ainsi que le Green Deal de la Commission européenne. C’est un gouvernement qui ouvre de nombreux dossiers de réforme, les belges retiennent leur souffle en souhaitant que cela ne soit pas le gouvernement de la dernière chance…    

Un gouvernement très familial  

A la tête du gouvernement belge, Alexander De Croo est aussi à la tête de ministres dont les noms sont plus que familiers aux Belges. Tout d’abord le Premier ministre lui-même, libéral flamand, Alexander De Croo est le fils d'Herman De Croo, entré en politique en 1974, quatre fois ministre, député, sénateur, bourgmestre de Brakel, dont son fils lui a succédé à la tête de cette ville flamande.  

Ensuite, Mathieu Michel, secrétaire d'Etat à la digitalisation, frère de Charles Michel, ancien Premier ministre et actuel président du Conseil européen et fils de Louis Michel, figure de la politique belge, ancien ministre des Affaires étrangères et Commissaire européen. Puis le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem, a repris les mandats de maire et de député de son père Martin. Enfin, la secrétaire d’Etat à l’égalité des chances, Sarah Schiltz, est la petite-fille d'Henri Schiltz, ancien bourgmestre socialiste de Liège.    

Quid de la Saint Nicolas ? 

Saint Nicolas, très attendu du 5 au 6 décembre par les enfants, ne sera pas interdit de séjour en Belgique. Il a l’autorisation du gouvernement belge de déposer des cadeaux aux enfants qui vont l’attendre, et ce jusqu’au 13 décembre, tout en respectant les règles de confinement. Pour autant, tous les évènements publics, parades et marchés sont annulés. Mais l’autorisation pour Saint Nicolas est aussi valable pour le Père Fouettard.   

Enfin en Belgique, le gouvernement De Croo a autorisé l’ouverture des librairies afin préserver la santé mentale des Belges.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.