Micro européen, France info

Loi Macron : le calcul politique des frondeurs

Après l'utilisation de l'article 49-3 de la Constitution pour faire passer la loi Macron et la motion de censure débattue cette semaine à l'Assemblée nationale, retour sur l'évènement politique avec Paolo LEVI de l'Agence italienne Ansa et Nicholas VINOCUR de l'Agence Reuters.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Le projet de loi Macron est maintenant attendu au Sénat © MAXPPP)

L'adoption incertaine de la loi Macron n'a été comprise que deux heures avant le vote des députés, c'est pourquoi Manuel Valls a eu recours à l'art.49-3, mais ce n'était pas prévisible. D'autant plus imprévisible qu'on avait un contexte d'unité nationale depuis les attentats, la parenthèse est donc refermée.

Les frondeurs ont eu un calcul politique car on ne voit pas vraiment ce qui "aurait pu chauffer la Gauche" dans la loi Macron : ils ont voulu montrer leur poids, et s'afficher à quelques mois du congrès du PS où toutes les tendances du PS seront représentées. 

Le risque est que le gouvernement arrête les réformes, à un moment où la France doit se transformer. L'autre risque est que les frondeurs, ayant compris qu'un petit groupe suffit à déséquilibrer la majorité, recommencent à l'occasion d'autres votes de lois.  

(Le projet de loi Macron est maintenant attendu au Sénat © MAXPPP)