Micro européen, France info

Les PME françaises sont-elles maltraitées?

C'est le sentiment des deux invités : Georg BLUME, correspondant de l'hebdomadaire allemand "Die Zeit" et Nicholas VINOCUR de l'agence Reuters. Ils reviennent sur la mobilisation cette semaine des chefs d'entreprises français contre la fiscalité, les lourdeurs administratives et le compte de pénibilité.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Manifestation des patrons devant Bercy à Paris le 1er décembre © Maxppp)

Ce sont surtout les PME qu'il faut plaindre : pourquoi leur impose-t-on des réglementations difficiles à appliquer alors qu'elles sont plus facilement adaptables dans les grands groupes ? 

Lundi dernier, dans les manifestations de Paris et de Toulouse on a surtout vu des responsables de petites et moyennes entreprises. Ils ont d'ailleurs bien fait de protester car dans certaines régions françaises, on voit de plus en plus de PME jouer leur survie : elles ne peuvent pas résister comme le font les grands groupes.

Prenons l'exemple du compte pénibilité : l'idée est bonne, le travail reconnu comme pénible permettra au salarié de prendre une retraite plus tôt, mais comment mettre en place un dispositif aussi compliqué quand on n'est pas équipé ? C'est un casse-tête administratif pour les PME et les TPE.

Au Royaume-Uni et en Allemagne, les entreprises moyennes sont mieux traitées et soutenues par les pouvoirs publics. Comme leurs consœurs allemandes, les PME françaises devraient travailler plus pour l'exportation, vers la Chine, vers l'Inde, et pour cela être plus aidées par leur gouvernement ! Mais comment libérer de l'énergie quand on doit répondre à des lourdeurs administratives ?

(Manifestation des patrons devant Bercy à Paris le 1er décembre © Maxppp)