En Espagne, le retour de la droite nationaliste

écouter (186min)

Le parti nationaliste Vox, en Espagne, n'en finit pas de progresser depuis 2015. Juan José Dorado, correspondant pour la presse espagnole en France, revient sur cette ascension.

Article rédigé par
Jose Manuel Lamarque - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Santiago Abascal, le président du parti Vox, à Madrid, le 27 avril 2022. (J.J.GUILL?N / EFE)

En Espagne, si l'on a longtemps cru aux partis politiques issus de la bourgeoisie catalane, comme Ciudadanos, son audience a depuis faibli. En revanche, le parti nationaliste Vox donne, lui, l'impression de progresser. Juan José Dorado, journaliste espagnol et correspondant en France, revient sur cette ascension.

franceinfo : Vox, il y a peu était un parti quasiment inconnu...

Juan José Dorado : Ce parti d'extrême droite n'avait effectivement encore il y peu aucun élu, que ce soit dans des mairies, dans des gouvernements régionaux ou autres. Et depuis 2015, il progresse, à tel point qu'aujourd'hui, depuis quelques semaines, Vox est entré dans le gouvernement régional de Castille-et-Leon, l'une des plus grandes autonomies espagnoles. Aujourd'hui, Vox est la troisième force politique, et pas uniquement en Castille-et-Leon : l'extrême droite en Espagne pèse quand même 15 %. On est loin des chiffres de la France, mais effectivement, encore une fois, petit à petit, l'extrême droite est arrivée, s'est installée et commence à grandir aussi en Espagne.

Vox est issu du Parti populaire, les conservateurs. Comment expliquer cet engouement ?

Autrefois, le Parti populaire espagnol était hégémonique, parce qu'il rassemblait dans un seul parti toute la droite, depuis les chrétiens démocrates ou le centre droit, et jusqu'à l'extrême droite. Et à partir de 2015, une partie de la Droite populaire quitte le Parti conservateur et va créer Vox. Car à ce moment là, on a déjà les tentations indépendantistes de la Catalogne. On avait eu avant le Pays basque avec le terrorisme de l'ETA, mais c'est la Catalogne qui va cimenter la création et l'hégémonie de Vox. C'est essentiellement la question catalane et la question de l'autonomie. On ne se rend pas compte, mais Vox a grandi partout. Aujourd'hui, le parti est l'un des principaux partis en Andalousie, avec 11 % des voix. C'est la quatrième force politique. Mais depuis, on ne parle plus pratiquement des indépendantistes, qui ne sont plus en haut de la vague. Aujourd'hui, Vox a récupéré des thématiques bien connues en France : le pouvoir d'achat, la lutte contre les inégalités, qui sont selon eux accentuées par le gouvernement socialiste espagnol qui est en coalition avec les radicaux de gauche des Podemos.

Faudra-t-il compter sur Vox, désormais, pour gouverner l'Espagne ?

C'est une éventualité réelle, car le parti vient d'entrer pour la première fois dans un gouvernement régional il est pratiquement sûr que pour constituer des majorités à droite, il va falloir compter avec Vox. Ciudadanos, le parti de centre-droit, a pratiquement disparu : il n'y a donc plus de force centrale qui puisse emmener le pays vers la social-démocratie ou les chrétiens-démocrates. Vox devient petit à petit un parti essentiel dans l'Espagne des années à venir.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.