Cet article date de plus de neuf ans.

Du cœur pour les oreilles

écouter
A Yzosse, dans les Landes, trois femmes étaient faites pour s'entendre: elles ont lancé Audition Solidarité, qui permet à des personnes démunies et malentendantes de s'équiper en appareil auditif.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Chritine Bourger, Odile Petit et Carole Ercole travaillent dans le milieu de l'audioprothèse et de la musique. Elles ont décidé de se faire entendre d'une même voix et de jouer la même partition, en créant "Audition Solidarité".

Cette association poursuit un double objectif:

D'abord, offrir des contours auditifs à des personnes malentendantes qui n'ont pas les moyens d'acquérir un tel appareil. Il s'agit aussi bien d'enfants de pays en voie de développement (400 d'entre eux sont appareillés chaque année grâce à l'association landaise) que de SDF en France.
Pour cela, elle collecte du matériel d'occasion auprès des audioprothésistes (qui sont aussi des mécènes financiers et des partenaires précieux en matière de savoir-faire) et des particuliers qui veulent bien faire don de leur ancien équipement, même défectueux, lors d'une nouvelle acquisition. L'association dispose d'un atelier permettant de les réparer.D'autre part, Audition Solidarité intervient au niveau des écoles de musique, partout en France, pour faire de la prévention et de l'information auprès des élèves instrumentistes, soumis à de forts niveaux sonores. Il s'agit en particulier de prévenir les acouphènes, ces bourdonnements et sifflements d'oreilles qui perturbent la vie quotidienne et dont les musiciens et sonorisateurs sont souvent victimes. Le port de protections auditives et de bouchons d'oreilles est fortement conseillé, mais les jeunes sont mal informés du risque encouru. Cette association a remporté en décembre dernier le deuxième Prix de la Solidarité Sélection-France Bleu.

Pour donner un ancien contour auditif, contactez l'association:

Audition Solidarité 1, impasse des Mésanges 40180 YZOSSE tél. 05 58 35 42 32

Le site de l'association >

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.