Les Pourquoi, France info

Pourquoi est-ce qu'il y a une fête groupée "Saint Philippe/Saint Jacques" ?

La Saint Philippe, c’était dimanche dernier, le 3 mai. C'était aussi le jour de la Saint Jacques. Et il en est toujours ainsi dans le calendrier des fêtes catholiques.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Saint Jacques © DELAVOGE / Fotolia)

Il y en a des Philippe, des Filipo et des Filipa dans le monde, pas seulement en France!  Il y en a des Jacques, des Jack, des Santiago! Et pourtant ces deux-là n’ont même pas une fête pour chacun alors qu’il existe la Saint Fulbert, la Sainte Léonce, qui n’est pas le même jour que la Saint Léon, ou la Sainte Irénée qui pourtant n’encombrent pas les rues ni les annuaires téléphoniques. Et aujourd’hui c’est la Saint Pacôme pour lui tout seul. Alors pourquoi Philippe et Jacques ont-ils été regroupés? 

J’ai eu la réponse à cette question que je me posais depuis des années en lisant le livre de Françoise Chandernagor : "Vie de Jude, frère de Jésus " (Albin Michel). 

Sa thèse, partagée par la plupart des chercheurs désormais : Jésus a eu des frères et sœurs, qui peu à peu ont disparu de la version officielle de l’Église, bien que leur existence soit attestée par de nombreux textes canoniques.

Françoise Chandernagor explique : "Saint-Jacques était le frère de Jésus. L’aîné des frères, Jésus étant évidemment l’ainé de sa fratrie. Il est devenu à la mort de Jésus le premier évêque de Jérusalem, si l’on peut employer le mot. En somme : le premier pape,  puisqu’il n’y avait pas encore de chrétiens en dehors de Jérusalem. Un siècle plus tard, quand les juifs de Jérusalem et les judéo-chrétiens ont été détruits par les Romains, qui les ont éliminés progressivement, l’Eglise de Rome a repris le flambeau. L'Eglise de Rome était gênée par l’existence des frères. Progressivement, on a déplacé Jacques, en l’obligeant à partager sa fête avec Philippe l’apôtre, sur lequel on ne sait quasiment rien du tout. Tout cela pour ne pas faire d’ombre à Jésus."

 Pour être tout à fait complet, Jacques, le juste, chef de l’Eglise et martyr, a volontairement été confondu avec un autre Jacques, Jacques de Zébédée, frère de Jean dont on ne sait pas grand-chose, sinon qu’il avait été la victime d’Hérode Agrippa. Comme un tour de passe-passe : le frère de Jean est revenu "majeur", et le frère de Jésus "mineur". 

"Jacques le juste" avait autrefois sa propre fête dans le calendrier liturgique, mais il la perdit puis on l’associa avec l’apôtre Philippe. Bref, leur fête, la Saint Philippe - Saint Jacques, en 2016, ce sera mardi 3 mai. 

Jusqu’à preuve du contraire. 

(Saint Jacques © DELAVOGE / Fotolia)