Les Pourquoi, France info

Les Pourquoi. Pourquoi au foot, la tribune populaire s’appelle le Kop ?

Philippe Vandel ouvre son livre d'Histoire pour répondre à cette question sur le nom des tribunes les plus agitées des stades.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le KOP de Boulogne lors du match PSG/Bastia, le 18 mars 2008.
Le KOP de Boulogne lors du match PSG/Bastia, le 18 mars 2008. (GETTY IMAGES)

Vous savez ce qu’on appelle un Kop. La première fois que j'ai entendu ce mot, c’était dans les années 80, avec le Kop of  Boulogne, du PSG. La tribune derrière les buts qui faisait parler d’elle au JT, à cause de bagarres répétées de ses membres, soit avec des supporters du club adverse, soit avec les CRS, soit carrément avec d'autres fans du PSG. Dans tous les stades du monde, le Kop est traditionnellement le repère des hooligans, plus intéressés par la baston que par le football.

Pourquoi ce terme ? 

Le mot n'a strictement aucun rapport avec le sport. Il tient son nom d'une colline d’Afrique du Sud qui s’appelait Spion Kop. Nous sommes en 1900, pendant la seconde guerre des Boers. C’était une bataille qui oppose les jeunes républiques locales, indépendantistes, et le Royaume-Uni. Dans la nuit du 23 au 24 janvier, les Britanniques veulent s’emparer de ce point stratégique, située au coeur des lignes de défense adverses. Mais malgré l’obscurité, ils se font repérer, et sont bombardés pendant leur escalade. Les combats se finissent au corps à corps, à la baïonnette et au couteau. Un carnage : les Britanniques perdent près de 300 hommes, 1.300 combattants sont blessés ou capturés.

 Cette bataille perdue traumatise le Royaume-Uni au point qu’on lui rend hommage un peu partout en Angleterre. C'est rarissime pour une défaite, un peu comme Camerone pour les légionnaires français. En 1903, pour mémoire, la nouvelle tribune du stade d’Anfield road à Liverpool est baptisée Spion Kop. C'est une tribune couverte, en bois et en tôle ondulée. Elle deviendra rapidement vétuste. C’est aussi celle qui accueille les supporters les plus remontés, pour ne pas dire carrément furieux. Par la suite, on appellera Kop la tribune la plus véhémente du stade. Dans tout le pays, puis dans tous les pays. 

 Les stades anglais se sont beaucoup assagis. Au début des années 2000, les autorités du foot britannique ont trouvé la parade à la violence endémique des tribunes populaires. Grâce à une augmentation. Non pas en accroissant le nombre de policiers, mais le prix des places. Ce n’est pas très moral, mais c’est efficace. Seul chez lui, devant sa télé, un hooligan a moins envie de tout casser. En tout cas, il réfléchit avant. 

Jusqu'à preuve du contraire.

Le KOP de Boulogne lors du match PSG/Bastia, le 18 mars 2008.
Le KOP de Boulogne lors du match PSG/Bastia, le 18 mars 2008. (GETTY IMAGES)