Cet article date de plus de quatre ans.

Les Informés. Nomination d'Edouard Philippe : "C'est l'exacte réplique, version droite, d'Emmanuel Macron"

écouter (27min)

Les invités des "Informés de franceinfo" sont notamment revenus, lundi soir, sur la nomination d'Edouard Philippe (LR) comme Premier ministre et l'avenir de la droite après cette décision de l'élu Les Républicains.

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre Edouard Philippe, lors de la passation de pouvoirs, lundi 15 mai 2017 à Paris. (JOEL SAGET / AFP)

Edouard Philippe nommé Premier ministre

Le maire Les Républicains du Havre et député de Seine-Maritime Edouard Philippe a été nommé Premier ministre lundi 15 mai. Le choix d'Emmanuel Macron est celui d'"un "énarque qui nomme un énarque", s'est amusé Pierre Dumazeau, journaliste politique à Valeurs actuelles, lundi soir dans Les Informés de franceinfo. Pour le politologue Gaël Brustier, il existe une nuance : "C'est l'exacte réplique, version droite, d'Emmanuel Macron." Caroline Vigoureux, journaliste politique à L'Opinion, s'est interrogé sur la mise en place d'un gouvernement, car "toute la difficulté va être de faire cohabiter tout le monde".

Quel avenir pour la droite ?

La nomination d'Edouard Philippe, lundi 15 mai, au poste de Premier ministre sème le trouble à droite comme à gauche. Pour autant, c'est du côté des Républicains que les premières mains tendues sont arrivées. Des personnalités, issues des Républicains et de l'UDI, ont appelé leur famille "à prendre la mesure de la transformation politique qui s'opère". La journaliste politique à L'Opinion Caroline Vigoureux a jugé que "cela va obliger Les Républicains à recomposer". Si Pierre Dumazeau, journaliste à Valeurs actuelles, ne renie pas cette analyse, il a expliqué qu'"il y a une tradition politique à droite de se ranger derrière un chef. Il est donc plus difficile de faire exploser la droite que la gauche".

>>>> Retrouver Les Informés de franceinfo en intégralité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.