Cet article date de plus de dix ans.

Chasseur d'étoiles

écouter (5min)
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Pour photographier la voie lactée, Serge Brunier est allé à l'autre bout du monde, dans un endroit improbable : le désert de l'Atacama.

Ce désert du Chili a la particularité d'être le plus aride du monde. Il y tombe un demi-millimètre de pluie par an. Il culmine à plus de 5.000 mètres. Des conditions idéales pour les astronomes car la visibilité est d'une grande pureté. Sauf que cette année, la météo sur l'Atacama a été exécrable. Du jamais vu.

Serge Brunier qui fréquente les lieux depuis une vingtaine d'années n'en revient pas. Il a fait froid, il a neigé. Dans ces conditions exceptionnelles, notre ami a précipité son ascension pour aller prendre sa photo de la voie lactée.

Cela a été une erreur. Son organisme n'a pas eu le temps de s'acclimater à plus de 5.000 mètres d'altitude. Serge Brunier a vite ressenti la fatigue, son cerveau fonctionnait moins bien à tel point qu'il ne savait plus comment régler son télescope. Et puis le vent s'est levé et il a fait encore plus froid. La nuit a été terrible et Serge ne savait pas si son matériel fonctionnait correctement. Au petit matin, c'est complètement hagard qu'il a assisté à un spectacle grandiose….

"Ca s'est fini en apothéose le matin. Avant l'aube, il y avait encore plein d'étoiles dans le ciel. Et je voyais des espèces de flashes partout dans le ciel dont je ne comprenais pas l'origine. Je me suis dit : mais je deviens fou ! C'est l'altitude qui me rend malade. Et quand le soleil s'est levé, j'ai assisté là un spectacle auquel je n'avais jamais assisté, une éruption majeure du volcan Lascar qui est à une trentaine de kilomètres de là où j'étais. Et en fait le volcan était en pleine éruption, c'était les lumières que j'avais vues dans le nuit. Il y avait une espèce de champignon atomique qui se soulevait du volcan. C'était un spectacle extraordinaire. Et pour vous donner une idée de mon état d'épuisement, je n'ai même pas pensé à faire de photos !"

Serge Brunier s'est enfui du site. Et ce n'est que quinze jours plus tard, en arrivant à Paris, qu'il a pu se rassurer : la photo de la galaxie d'un horizon à l'autre est une réussite. Il a même découvert des détails invisibles à l'œil nu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.