Le zoom culture, France info

Écrire sur l'argent dans la littérature jeunesse

Pas de tabou ! La romancière Marie Desplechin et l'illustratrice Emmanuelle Houdart sortent un album exigent intutilé L'argent. Elles abordent le thème sans détour et avec singularité.  

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Marie Desplechin et Emmanuelle Houdart avaient déjà travaillé ensemble (Les Saltimbanques , éd. Thierry Magnier) . Pour cette nouvelle collaboration, Emmanuelle Houdart a proposé d'écrire sur l'argent. Marie Desplechin a tout de suite été inspirée  ! "Je sais que ça intéresse les enfants. Je vais souvent dans des classes et ils demandent combien je gagne, ce qui rapporte de l'argent ou pas... Ils sont décomplexés et ils ont raison. L'argent c'est aussi important pour nous, la liberté a un prix, la création coûte aussi...

Le travail d'écriture

Marie Desplechin a écrit à partir des dessins d'Emmanuelle Houdart. Cette illustratrice a un trait réaliste et fantaisiste à la fois, très coloré, et rempli de détails.* "Ce n'était pas évident. Le premier dessin est celui d'un vampire qui semble manger un petit homme dans une maison. Peut-être spécule-t-il sur le logement ? J'en ai fait Edward : le très très riche. J'ai lu de la documentation et me suis inspirée du monde des très fortunés.* "

Douze portraits

**** Le livre rassemble 12 portraits : des personnages d'une même famille invité à un même mariage. Ira-t-il ? Chacun a son discours sur l'argent : Bonnie prend aux riches pour redistribuer aux pauvres, Sylvia veut juste ce dont elle a besoin pour vivre, Arturo est un trafiquant de drogue, Camil travaille mais il est pauvre... Chaque discours est logique et cohérent. Il permet de comprendre une approche de l'argent et de se poser ensuite des questions. 

L'argent , chez Thierry Magnier, est un album exigent à mettre entre les mains d'enfants bons lecteurs de plus de 10 ans. L'effort de lecture sera récompensé car ce texte est fin, intelligent et parfois drôle.  

Pour aller plus loin : 

Un documentaire  : Je dépense donc je suis ? de Benoît Heilbrunn, éd. Nathan. (à partir de 12/13 ans)

Sur le rapport au travail  : Victoria rêve de Timothée de Fombelle éd. Gallimard jeunesse. (à partir de 11/12 ans)

Sur les différences sociales : Le bon Antoine de Marie Desplechin, éd. Gallimard jeunesse. (à partir de 10 ans)

(©)