Cet article date de plus de neuf ans.

"Bloody Miami", un livre à charge sur le melting-pot américain

écouter (5min)
Le nouveau roman de Tom Wolfe, "Bloody Miami", publié chez Robert Laffont, nous plonge dans une atmosphère tropicale, chaude, sexuelle, archi-sexuelle, même, puisque c'est celle de Miami.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (©)

Avec Christophe Ono-Dit-Biot, adjoint à la rédaction au Point.

Tom Wolfe est très grand journaliste, doublé d'un grand romancier.
A 80 ans, il est toujours aussi craquant, mordant, obsédé par une Amérique
qu'il décrit comme un grand corps en train de se déglinguer. C'est l'un des
créateurs, avec Hunter Thompson, Truman Capote ou Norman Mailer, de ce qu'on a
appelé "Le Nouveau journalisme", c'est-à-dire ces récits entre
investigation et littérature.

Avec Bloody Miami , Tom Wolfe retourne à l'obsession sexuelle
et dépeint, carrément, une ville, Miami, comme une poudrière ethnique où toutes
les communautés se détestent.

Ce roman a déclenché une immense polémique aux Etats-Unis
parce que "le politiquement correct", qui est d'ailleurs un concept
américain règne totalement là-bas et que Tom Wolfe n'y va pas avec le dos de la
cuiller. Pour lui Miami est une sorte d'Afghanistan où toutes les communautés
se font la guerre, comme des tribus, et où les blancs sont décrits comme la
minorité à abattre par des latinos, les cubains, en l'occurrence, qui se sont
emparés de tous les leviers politique et économique. Ce qui a choqué c'est que
l'on y parle aussi, comme toujours, beaucoup de sexe, le vieux Tom Wolfe
n'ayant pas son pareil pour nous décrire les minishorts des jolies filles de
Miami.

Un livre à charge sur le rêve de melting pot américain, mais

un roman avant tout

Une marmite romanesque où des personnages
s'agitent dans une sorte de fournaise urbaine et tropicale. Le héros, Nestor Camacho, est
un flic cubain dont les parents ont fui le régime castriste, et qui n'est pas
corrompu ce qui dénote à Miami et qui suffit à faire de lui une cible. Il va
commettre une boulette terrible en arrêtant un clandestin cubain, arrestation
qui va faire de lui un traître à la communauté.

C'est là-dessus que se bâtit
une intrigue politique mais aussi très mondaine où vont se greffer un
psychiatre spécialisé dans l'addiction à la pornographie, un universitaire
haïtien qui s'appelle Lantier, comme le héros de Zola, et Wolfe adore Zola, et
un reporter du Miami Herald qui enquête sur un russe qui fait du trafic d'oeuvres
d'art dont la maîtresse nous intéresse beaucoup puisqu'elle aussi est cubaine,
et va passer de maitresse du psy spécialisé en détox pornographique au russe
mafieux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.