Le vrai du faux, France info

Xavier Bertrand dit-il vrai sur le patron du PS ?

Alors que Harlem Désir est élu premier secrétaire par les militants socialistes, l'UMP Xavier Bertrand affirme que le choix du leader du PS s'est fait "dans un bureau à trois ou quatre personnes". Vrai ou faux ? Réponse ici.

(©)

Vrai

La manière dont a été choisi Harlem Désir a fait l'objet de nombreuses réserves et critiques au sein du Parti socialiste. L'impression qui domine est celle d'une affaire réglée de manière opaque, verrouillée par Martine Aubry, la patronne sortante, et Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre, sous la pression de l'Elysée.
D'ailleurs, pour montrer qu'il a bien entendu les critiques, Harlem Désir a promis il y a trois jours une prochaine modification du mode de désignation du leader socialiste.

Reims et la fraude    

S'il y a opacité cette année, les désignations précédentes sont également loin d'avoir été exemplaires.
En 2008, dans la foulée du congrès (très divisé) de Reims, Martine Aubry devient première secrétaire dans un climat délétère. Au 2eme tour, elle devance de 42 voix Ségolène Royal sur un total de 67.371 suffrages (50,02% des voix).
 
Les soupçons de fraude sont réels, comme le rappelle Remi Lefebvre, professeur de sciences politiques à l'Université Lille II. "A Reims, cela a été la confusion la plus totale, le psychodrame, puisqu'à l'époque, l'actuel ministre de l'Intérieur Manuel Valls (dans l'équipe de Ségolène Royal, NDLR) avait annoncé qu'il allait intenter un procès à la direction du PS pour fraude électorale [...] Ségolène Royal a contesté les résultats du vote qui ont pourtant été reconnus par une commission de +recollement des votes+". 

Rennes et la rose fanée  

En 1990, au fameux congrès de Rennes, ce n'est pas mieux puisque les héritiers de François Mitterrand se déchirent. C'est la bataille Jospin-Fabius. Remi Lefebvre rappelle "un congrès à couteaux tirés. Il y a à l'époque des gens qui montent sur les tables, qui s'insultent. Il y a eu aussi sans doute un certain nombre de fraudes, des militants fictifs des cartes achetées dans les sections".

Au final, Pierre Mauroy reste 1er secrétaire à l'issue du congrès, avec une triste rose rouge à la main. S'ensuivra un phase d'instabilité qui verra se succéder à la tête du PS plusieurs premiers secrétaires (Fabius, Rocard, Emmanuelli) dans des conditions là encore souvent assez obscures avec quelques putschs à la clé.

(©)