Cet article date de plus de sept ans.

"Sur 100 euros de valeur alimentaire, 7,50 revient au paysan"

Voilà donc ce qu'affirme Xavier Beulin, le président du principal syndicat agricole FNSEA. C'est légèrement exagéré.
Article rédigé par Antoine Krempf
Radio France
Publié
Temps de lecture : 5 min
  (Xavier Beulin affirme que les agriculteurs touchent 7,5 euros sur un panier de 100 euros © Maxppp)

Xavier Beulin se base sur les travaux de l'Observatoire de la formation des prix et des marges pour communiquer. Et plus précisément sur "L'Euro alimentaire", qui cherche à évaluer les revenus générés dans l'ensemble de l'économie par les dépenses alimentaires.

Dans sa dernière publication, en janvier dernier, l'Observatoire a calculé la valeur ajoutée dégagée par chaque acteur de la chaîne alimentaire pour 100 euros d'achat. Voici le résultat : 

  (L'euro alimentaire en 2012 décomposé en valeurs ajoutées, importations et taxes © Insee et Eurostat, calculs OFPM d’après Inra)

La valeur ajoutée qui revient à l'agriculture et la pêche s'élève donc à 8,20 euros et non 7,50 euros, comme l'annonce Xavier Beulin. Deux précisions pour comprendre ce chiffre. D'abord, la valeur ajoutée, c'est qui sert ensuite à payer les salaires agricoles, rembourser les éventuels prêts bancaires où entretenir les machines. Ensuite, les aides financiaires aux agriculteurs ne sont pas inclues dans cette somme, or elles représentent l'essentiel des revenus des agriculteurs

D'après les calculs de l'Observatoire, 37€ reviennent au commerce, aux services et au transport, une trentaine d'euros pour les importations et près de 15 euros pour l'industrie agroalimentaire. C'est beaucoup plus que ce qui revient aux agriculteurs, et la tendance s'accentue ces dernières années. D'après l'Observatoire des prix et des marges, cela s'explique surtout par l'augmentaion des importations, la baisse des prix agricoles mais aussi une hausse des coûts liés à la publicité ou à l'emballage des produits.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.