Le vrai du faux, France info

Le vrai du faux. Y a-t-il "7 millions de non-inscrits ou mal-inscrits sur les listes électorales" ?

Alexis Corbière, membre du Parti du Gauche, affirme qu'il y a "7 millions de gens qui ne sont pas inscrits ou mal-inscrits sur les listes élecorales". Le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon sous-estime le phénomène qu'il veut dénoncer.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoAntoine KrempfRadio France

Mis à jour le
publié le

Alexis Corbière, du Parti de Gauche, affirme qu\'il y a sept millions de non-inscrits ou de mal-inscrits sur les listes électorales
Alexis Corbière, du Parti de Gauche, affirme qu'il y a sept millions de non-inscrits ou de mal-inscrits sur les listes électorales (MAXPPP)

Voilà  ce qu'affirme Alexis Corbière, lors de son passage mercredi 31 août sur l'antenne de RMC : "Il y a 7 millions de gens qui ne sont pas inscrits ou mal-inscrits sur les listes électorales. C'est ça, la réalité du pays. Ce n'est pas le petit monde, le 'mondillot', des partis politiques".

Combien y a-t-il de non-inscrits ou de mal-inscrits ?

C'est en fait beaucoup plus. D'après un récent rapport parlementaire sur les modalités d'inscripation sur les listes électorales, la somme des non-inscrits et des mal-inscrits est plutôt de 9,5 millions de personnes. Soit beaucoup plus que le chiffre avancé par Alexis Corbière. 

Dans le détail, on compterait en France 3 millions de non-inscrits sur les listes et 6,5 millions de personnes mal-inscrites. Des chiffres valables pour 2012, "dernière année pour laquelle il est possible de confronter les études électorales conduites par l’INSEE et plusieurs chercheurs en science politique avec les résultats définitifs établis par le ministère de l’Intérieur", précise le rapport des parlementaires.

Qui sont ces 9,5 millions de Français ?

Chez les 3 millions non-inscrits, les chercheurs ont noté une sur-représentation de non-diplômés et de Français nés à l'étranger. "Au total, un tiers des Français par naturalisation serait absent des listes électorales", détaille le rapport.

Du côté des mal-inscrits, c'est-à-dire chez les 6,5 millions de personnes qui n'habitent plus près de leur bureau de vote, ce sont plutôt des diplômés et des actifs. Une population qui, normalement, vote plus que les autres. 

Quelle conséquence sur l'abstention ?

D'après les travaux des chercheurs, la mal-inscription représente la première cause de l'abstention. En 2012, pour la présidentielle et les législatives, l'absention a été de moins de 10% chez les inscrits contre 28,2% chez les électeurs qui sont inscrits ailleurs que dans leur commune de résidence.

Pour tenter de remédier à cette situation, les parlementaires ont voté cet été une réforme de la procédure d'inscription sur les listes électorales. Texte qui prévoit notamment que l'inscription pourra se faire jusqu'à 30 jours avant le vote, contre le 31 décembre de l'année qui le précède jusqu'à présent. 

Une réforme qui prendra effet d'ici la fin 2019. La présidentielle et les législatives de l'an prochain ne sont donc pas concernées.

Sources 

Rapport d'information parlementaire sur les modalités d'inscription sur les listes électorales, publié en décembre 2014

Audition de Céline Braconnier et Jean-Yves Dormagen à l'Assemblée nationale, octobre 2014

Loi rénovant les modalités d'inscription sur les listes électorales, promulguée début août 2016

Bilan d'une révision électorale 2015-2016 en deux étapes, Insee, mars 2016

Alexis Corbière, du Parti de Gauche, affirme qu\'il y a sept millions de non-inscrits ou de mal-inscrits sur les listes électorales
Alexis Corbière, du Parti de Gauche, affirme qu'il y a sept millions de non-inscrits ou de mal-inscrits sur les listes électorales (MAXPPP)