Présidentielle 2022 : on a vérifié trois déclarations de candidats sur l'agriculture

écouter (85min)

Jusqu'au 1er tour de l'élection présidentielle, le 10 avril prochain, le "Vrai du Faux" passe au crible les déclarations des candidats sur les grandes thématiques du débat public. Mercredi 30 mars : l'agriculture avec Valérie Pécresse, Marine Le Pen et Yannick Jadot. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des vaches dans un champs de Vendée. (Illustration).  (MATHIEU THOMASSET / HANS LUCAS)

Alors que la plupart des candidats à la présidentielle sont attendus au congrès de la FNSEA mercredi 30 mars, la cellule Vrai du Faux fait le tour des déclarations récentes des candidats sur le thème de l'agriculture. 

"La moitié des fruits et légumes consommés en France est importée"

Parmi les candidats qui vont défiler devant la FNSEA, il y aura Marine Le Pen qui va défendre plus de "souveraineté alimentaire".  Elle a expliqué sur Europe 1 ce que ça signifie : "Ca veut dire ne pas accepter que un fruit et légume sur deux soit importé, qu'une volaille sur trois soient importés." 

Les chiffres sont bons. Plus de la moitié des fruits et légumes consommés en France est importée, sauf que ce n'est pas qu'une question de souveraineté alimentaire. Une grande partie de nos importations concerne des produits exotiques, comme la mangue ou l'avocat, que l'on ne produit pas en France

Ensuite, sur la volaille, Marine le Pen a raison. Un peu plus d'un tiers de la consommation française est importé, essentiellement de Pologne, d'Ukraine et du Brésil. La France a pourtant été longtemps auto-suffisante mais elle ne l'est plus depuis 2014 notamment parce que la demande a bondi dans les cantines

"Les tomates bio françaises sous serres n'ont pas le droit d'être vendues en hiver"

La candidate Les Républicains, Valérie Pécresse, déplore trop de normes pour l'agriculture française. "Emmanuel Macron dit que les tomates bio sous serres chauffées françaises ne pourront être vendues qu'à partir du mois de mai et qu'en Espagne, elles peuvent l'être dès mars. Ça crée un distorsion de concurrence."

C'est plutôt vrai. Vous ne trouverez pas en ce moment au supermarché des tomates françaises bio qui ont poussé sous serres chauffées. Depuis 2019, les agriculteurs français peuvent en produire mais ils n’ont pas le droit de les vendre entre le 21 décembre et le 30 avril pour suivre la saisonnalité. C'est une décision du comité national de l'agriculture biologique, qui assure que la France a été le premier pays au monde à prendre cette mesure. 

Cependant, cela n'explique pas totalement les importations de tomates. Elles bondissent tous les hivers en provenance d'Espagne mais surtout du Maroc. Et c'était déjà le cas avant cet encadrement des serres chauffées. 

"On n'a jamais utilisé autant de pesticides que sous ce quinquennat"

Yannick Jadot, le candidat écologiste dénonce, lui, l'utilisation de produits phytosanitaires, sur France Inter : "On n'a jamais utilisé autant de pesticides que sous ce quinquennat.

En réalité, impossible de faire le bilan précis du quinquennat sur l'usage des pesticides : les dernières données s'arrêtent en 2020. Cependant, si on regarde le volume de ventes et le nombre de doses utilisées à mi-mandat, les chiffres donnent plutôt tort au candidat écologiste, car les deux indicateurs s'affichent en moyenne en baisse. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.