Cet article date de plus de cinq ans.

"Michel Rocard était aussi populaire en entrant et en sortant de Matignon"

écouter (5min)
C'est en tout cas ce qu'affirme le sénateur socialiste Jean-Pierre Sueur. Mais Michel Rocard a bien perdu en popularité lors de ses trois années passées à la tête du gouvernement.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Michel Rocard, seul Premier ministre a être aussi populaire à l'entrée et à la sortie de Matignon © Maxppp)

Un hommage national a donc été rendu à Michel Rocard ce jeudi. Et parmi les mérites attribués à l'ancien Premier ministre, voici ce qu'affirme le sénateur socialiste Jean-Pierre Sueur sur France Info : 

"Je rappelle que quand il est arrivé à Matignon, il avait une bonne côte de popularité et quand il en est parti, il avait la même côte de popularité. C'est quelque chose d'assez exceptionnel."

Sauf que...

Quand il est nommé Premier ministre en 1988, Michel Rocard s'installe à Matignon avec une côte de confiance de 66%, d'après le baromètre de la TNS Sofres. C'est un score élevé, le troisième meilleur depuis 1978, derrière Edouard Balladur et Pierre Mauroy.

Mais trois ans plus tard, lorsqu'il quitte Matignon Michel Rocard est tombé a 50% d'opinions favorables, ce qui fait donc 16 points en moins. Jean-Pierre Sueur a donc tort. De fait, sur les 35 dernières années, et peu importe la durée du séjour à Matignon, aucun homme ou femme politique n'a réussi à maintenir ou augmenter sa côte de popularité en prenant la tête d'un gouvernement.

Cotes de popularité des Premiers ministres depuis 1978
Create column charts
Ceci dit, quitter Matignon avec 50% d'opinions favorables est effectivement une exception. Seuls Edouard Balladur et Jacques Chirac s'en approchent, avec respectivement 47% et 48% de confiance. A l'inverse, le record d'impopularité est détenu pour le moment par Jean-Marc Ayrault, avec seulement 18% de confiance lors de sa démission. Un record détenu auparavant par Edith Cresson puis Jean-Pierre Raffarin (22%). Matignon ne rend donc pas les responsables politiques populaires.  Mais les chutes de popularités sont plus ou moins grandes, en fonction des espérances et des désillusions des Français. Pierre Mauroy est ainsi passé de 71% à 25% d'opinions favorables entre le début et la fin de sa mission. Les plus stables restants Laurent Fabius et Jacques Chirac (-17% et -16%).  Ceci dit, cela ne veut pas forcément dire que Matignon tue une carrière politique. Après tout, même si c'est le seul exemple pour l'instant, Jacques Chirac a bien réussi à devenir président après avoir été Premier ministre. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.