Cet article date de plus de sept ans.

Marine Le Pen dit-elle vrai sur la France et les Etats-Unis ?

écouter (5min)
Le Vrai du faux s'intéresse ce mardi à une déclaration de Marine Le Pen, la présidente du Front national : "En terme de pouvoir politique, la France a moins de pouvoir au sein de l'Union européenne que n'importe quel Etat aux Etats-Unis d'Amérique". Vrai ou faux ?
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Faux

Pour comparer les pouvoirs politiques prenons d'abord les champs de compétences des 50 Etats qui composent les Etats-Unis. François Vergniolle de Chantal est spécialiste du fédéralisme américain. 

"Les Etats fédérés ont comme pouvoir tout ce qui porte sur la réglementation directe du comportement des individus : l'éducation, la police ou les droits de la famille. C'est vrai qu'ils ont un pouvoir important mais c'est un pouvoir de gestion du quotidien. "

Malgré ces compétences politiques, les Etats fédérés restent très dépendants du pouvoir central : 25 à 30% de leurs budgets viennent de Washington. Dans l'Union européenne, ce sont les Etats qui font vivre Bruxelles, la France contribue à hauteur de 16% au budget européen.

Par ailleurs, c'est bien l'Etat fédéral américain qui gère les trois grandes compétences régaliennes d'un pouvoir politique : les affaires extérieures, l'armée et la monnaie.

Et en Europe ?  

La diplomatie et la défense restent évidemment dans le pré carré des pays européens : c'est Paris et non Bruxelles qui s'exprime au nom de la France à l'Onu ou qui décide d'engager ses troupes en Centrafrique ou au Mali. 

Reste la question de la monnaie, de l'euro. Et effectivement, c'est le seul pouvoir véritablement fédéralisé en Europe via la banque centrale.  

Alors ceci dit, au sein de l'Union européenne, les Etats gardent leur marge de manoeuvre, y compris sur le plan économique. Et ce malgré le renforcement des pouvoirs de Bruxelles avec la crise. C'est en tout cas l'avis d'Yves Bertoncini, directeur du think thank Notre Europe. 

"Il y a un cadre économique européen et des règles de concurence d'un côté. Et puis le pacte de stabilité a été renforcé ces derniers mois. En clair : il ne faut pas franchir certaines limites quand on fait partie de l'Union européenne. Mais si on est dans ces limites, les Etats font à peu près ce qu'ils veulent ", juge Yves Bertoncini. 

D'après les chiffres Notre Europe, en moyenne 15% de la législation française provient de textes européens.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.