Le vrai du faux, France info

Le vrai du faux. Non, un agent de la CIA n'a pas confessé le meurtre de Bob Marley

Antoine Krempf passe au crible des faits repérés dans les médias et sur les réseaux sociaux. Mardi, il s'agit de fausses confessions d'un soi-disant ancien agent de la CIA.

avatar
Antoine KrempfRadio France

Mis à jour le
publié le

Bob Marley en 1976.
Bob Marley en 1976. (HO / AFP / RADIO FRANCE)

Depuis quelques jours, un article est massivement partagé sur les réseaux sociaux, notamment via Facebook. Il explique qu'un ancien agent de la CIA, un certain Bill Oxley, a décidé de se confesser lorsqu'il a appris qu'il ne lui restait plus que quelques semaines à vivre. Ce soi-disant Bill Oxley affirme avoir tué le chanteur jamaïcain Bob Marley. Pour cela, il se serait fait passer pour un photographe du New York Times afin de l'approcher. Il a alors offert à Bob Marley une paire de chaussures qui contenait une aiguille contaminée avec une toxine cancérigène.

Bob Marley est effectivement mort d'un cancer en 1981. Cette maladie était partie d'un mélanome situé sous l'un de ses orteils. L'histoire est donc plutôt bien ficelée. 

C'est faux. Premier problème : la photo utilisée pour nous montrer l'ancien agent de la CIA vient d'une bibliothèque d'images d'illustration. En l'occurrence, elle a été prise par un photographe polonais. 

Par ailleurs, l'auteur de l'article devenu viral ces derniers jours (article en anglais) a repris les éléments d'un autre article de février dernier relayant la théorie du complot (article en anglais) sur la mort de Bob Marley mais en y ajoutant cette histoire de témoignage d'un ancien agent de la CIA. 

Ce procédé est d'ailleurs devenu un grand classique pour tenter de rendre crédibles des théories du complot. En juin dernier, un article disait ceci : 

Cet été, un autre agent de la CIA se confessait sur son lit de mort : 

Et on pourrait aussi mentionner celui qui a avoué le meurtre de Marylin Monroe... 

Ou encore celui qui confesse l'assassinat de Kennedy : 

Bref, soit c'est la mode des confessions d'agent secret sur le point de mourir, soit on nous raconte n'importe quoi.

Bob Marley en 1976.
Bob Marley en 1976. (HO / AFP / RADIO FRANCE)