Cet article date de plus de quatre ans.

Le vrai du faux. Non, les nouveau-nés européens ne seront pas obligés de se faire implanter des micropuces sous la peau

écouter (6min)

Antoine Krempf passe au crible des faits repérés dans les médias et les réseaux sociaux. Aujourd'hui, des puces RFID obligatoires en Europe à partir de décembre

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une fausse nouvelle propagée sur les réseaux sociaux. (CAPTURE D'ECRAN FACEBOOK)

A partir de décembre, tous les enfants européens seront obligés d'avoir une puce RFID sous la peau. C'est ce qu'écrivent plusieurs sites comme astucesfemmes.net, vie incroyable.com ou encore euroscoop.fr. Des articles partagés des milliers de fois depuis cet été sur Facebook, et qui nous disent donc ceci : la puce en question va fonctionner comme un capteur GPS qui va charger une batterie micro jetable tous les deux ans dans les cliniques de l'Etat. Mais pourquoi donc pucer nos enfants ? Les articles en question nous expliquent que les données recueillies seront transmises aux téléphones portables ou tablettes des parents et pédiatres, histoire d'avoir un aperçu sur la santé et l'état de l'enfant en temps réel. Et d'ailleurs, nous dit-on, cette technologie a déjà été approuvée par la US Food and Drug Administration.

C'est faux, aucune obligation de puce à partir de décembre chez les nouveau-nés européens. C'est en fait une rumeur qu'on a vu apparaître dans plusieurs pays européens depuis au moins 2012. Et chaque année, cette histoire revient. Au passage, les théoriciens du complot sont un peu paresseux puisqu'ils relaient toujours le même texte d'une année sur l'autre en ne changeant que la date d'entrée en vigueur de ce micropuçage.

La rumeur traîne également aux Etats-Unis depuis 2010, relayée à l'époque par des opposants à l'Obamacare, pour qui le gouvernement fédéral voulait profiter de cette loi pour ficher les Américains.

Cette histoire surfe sur une crainte largement répandue depuis maintenant plusieurs décennies et qui fait le bonheur des conspirationnistes, celle d'une société de surveillance généralisée.

Il y a bien des exemples d'implantation de puces sous la peau, depuis une quinzaine d'années maintenant. Une société belge proposait en février à des salariés volontaires de remplacer leur badge d'accès par une puce. Une boîte de nuit de Barcelone proposait d'insérer une puce pour remplacer la carte de client VIP. Bref, des puces pour faciliter une identification.

On est quand même très loin de la masse d'informations que l'on communique consciemment ou non en utilisant son téléphone portable... voire en partageant publiquement ce genre de rumeur sur son compte Facebook.

En résumé, non, les enfants européens ne seront pas obligés de porter une puce RFID sous la peau à partir de décembre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.