Le vrai du faux. Covid-19 : le ministère de la Santé demande-t-il vraiment aux soignants positifs de venir travailler, comme l'affirme François-Xavier Bellamy ?

écouter (81min)

L'eurodéputé LR a dénoncé la position du gouvernement visant à attendre un avis scientifique pour se prononcer sur une réintégration des soignants non vaccinés contre le Covid. D'après lui, le gouvernement demande d'ailleurs aux soignants vaccinés mais positifs de venir travailler. Une déclaration en partie fausse. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le ministre de la Santé, François Braun, quitte l'Elysée, le 19 octobre 2022. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"La vrai folie, contre la rationalité, et contre la logique élémentaire, c'est de demander à des soignants vaccinés mais positifs au coronavirus de venir travailler, ce que l'Etat fait aujourd'hui. Le ministère de la Santé demande aux soignants qui sont positifs au Covid de venir travailler", s'est insurgé l'eurodéputé LR, François Xavier Bellamy, interrogé lundi 28 novembre sur Sud Radio. Alors que le gouvernement n'a toujours pas décidé de réintégrer les soignants non-vaccinés et se borne à attendre un avis scientifique sur la question, l'élu Les Républicains a ainsi voulu dénoncer une forme d'aberration. 

Il y a pourtant du vrai et du faux dans les propos de François-Xavier Bellamy. Ce qui est vrai, c'est qu'en théorie, il est bel et bien possible de trouver en ce moment dans les hôpitaux des soignants positifs au Covid et venus quand même travailler. Et cela est effectivement possible grâce à une consigne du ministère de la Santé transmise aux établissements de santé au début de l'année. Dans un Message d'Alerte Rapide Sanitaire envoyé le 2 janvier 2022 aux établissements de santé, les autorités sanitaires on effectivement posé le cadre d'une "dérogation" exceptionnelle à l'isolement pour les soignants.

Une dérogation possible sous conditions

Cette dérogation n'a toutefois rien d'obligatoire, et c'est en cela que les propos de l'eurodéputé sont trompeurs. L'Etat n'oblige pas les soignants à venir travailler s'ils sont malades. La règle de base reste l'isolement, y compris pour les soignants. En revanche, le protocole en vigueur prévoit qu'en cas de risque pour la continuité des soins, les établissements de santé ont la possibilité de faire travailler des soignants positifs au Covid. Mais cela n'est possible qu'à certaines conditions : le soignant doit être volontaire, il doit avoir un schéma vaccinal complet et ne pas être symptomatique ou très peu (ne pas tousser ou éternuer).

Par ailleurs, les autorités sanitaires indiquent que "dans la mesure du possible", ces personnels devront être "prioritairement" affectés à des postes ne nécessitant pas de contact avec des patients à risque. Plusieurs chefs de services hospitaliers franciliens contactés par franceinfo confirme que cette règle s'applique bien sur le terrain. D'après eux, le cas de soignants positifs au Covid maintenus en poste reste très rare actuellement et ceux-ci ne sont, assurent-ils, jamais mis auprès de patients fragiles. Les autorités sanitaires insistent par ailleurs sur le fait que ces mesures sont "dérogatoires, exceptionnelles et temporaires" et devront donc prendre fin dès que la pression hospitalière sera retombée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.