Le vrai du faux. Coup d'État au Niger : trois fausses informations qui circulent sur les réseaux sociaux autour de la situation dans le pays

Le Niger subit une vague de désinformation importante depuis le coup d'État du 26 juillet dernier.
Article rédigé par franceinfo, Mathilde Bouquerel
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
le marché principal de Niamey, le 8 août 2023. (- / AFP)

Depuis le coup d'État qui a renversé le président Mohamed Bazoum, le 26 juillet dernier, le Niger subit une vague de désinformation. Il s'agit principalement de photos et de vidéos trompeuses qui circulent sur les réseaux sociaux. franceinfo s'arrête sur trois d'entre elles.

>> Coup d'État au Niger : suivez les dernières évolutions dans notre direct 

1 L'armée russe se déploie au Niger ?

La première de ces fausses informations consiste à dire que l'armée russe est en train de se déployer dans le pays. Dans une vidéo partagée sur Facebook et Twitter, on voit un avion de transport blanc survoler des immeubles. L'un des internautes commente : "Un avion cargo de transport IL-76 russe a été vu en train d’atterrir à l'aéroport de Niamey." En réalité, ces images ne montrent absolument pas la capitale du Niger.

Une recherche d'image inversée nous apprend que cette vidéo a été postée sur YouTube en août 2006 et qu'elle montre un avion russe en train de survoler ... Kartoum, la capitale du Soudan.

2 Le Premier ministre nigérien passé à tabac ?

Selon une autre fausse information, le Premier ministre nigérien a été passé à tabac à Niamey. Là encore, les internautes partagent une vidéo, tournée le 27 juillet, au lendemain du coup d'État. On y voit un homme en costume marron être frappé, à coup de poings, de pieds et de batons par plusieurs personnes. Il est jeté au sol avant d'être relevé par un homme en chemise rouge qui lui permet de s'enfuir. L'un des comptes qui partage la vidéo commente : "Les traîtres lynchés. Ici l'ex Premier ministre. Ça doit cogiter dans les hautes sphères françaises."

Sauf que le Premier ministre nigérien Ouhoumoudou Mahamadou n'était pas à Niamey, le 27 juillet dernier. Au moment du coup d'État, il était à Rome en Italie pour une réunion internationale sur le développement et les migrations. Depuis, il séjourne en France où il a donné plusieurs interviews, pour la presse écrite et la télévision. D'après nos confrères de France 24, la victime du lynchage pourrait être un simple partisan du président Bazoum.

3 Une manifestation au Nigeria contre une intervention militaire de la Cédéao au Niger ?

La dernière intox concerne la Cédéao, la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest. L'organisation a annoncé, jeudi 10 août, le déploiement de sa force en attente pour restaurer l’ordre constitutionnel au Niger après le coup d'État. Sur Facebook, une photographie d'une manifestation circule. Selon l'un des comptes qui la partage : À " Abuja au Nigeria, la population est sortie pour dire non à une intervention militaire de la Cédéao au Niger."

Sauf que ce cortège n'a rien à voir avec le Niger, les manifestants protestent en réalité contre la hausse du coût de la vie dans leur pays, au Nigéria. Quand on fait quelques recherches sur cette manifestation, on trouve cette photo ainsi que plusieurs autres du même événement sur les sites de médias africains comme Sahara reporters ou Tchad One. Ils expliquent que des milliers de travailleurs nigérians ont manifesté contre l'inflation, le 2 août dernier, à Abuja, la capitale du Nigeria. Sur les pancartes des manifestants de la photo, on peut d'ailleurs lire : "Stop the prices increase" (arrêtez l'augmentation des prix) ou encore "We call on FG to implement people centered agreements reached with organised labour" (nous demandons au gouvernement fédéral d'appliquer les accords favorables au peuple conclus avec les syndicats).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.