Cet article date de plus de cinq ans.

Le vrai du faux. "20% de métiers qualifiés sont apparus, 20% de peu qualifiés ont disparu"

écouter (3min)

Voilà ce qu'affirme Najat Vallaud-Belkacem. Et la ministre de l'Education a plutôt raison, même s'il faut préciser certains éléments.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Najat Vallaud-Belkacem affirme que les métiers les plus qualifiés augmentent et les moins qualifiés disparaissent (MAXPPP)

Najat Vallaud Belkacem est affirmative lors de son passage sur BFMTV ce jeudi 22 septembre  : 

"Quand on regarde à quoi ressemble les métiers. Vous avez 20% de métiers hautement qualifiés en plus qui sont apparus et vous avez 20% de métiers moyennement qualifiés qui eux ont disparu."

Les métiers les plus qualifiés augmentent ? 

Vrai. "Au cours des 30 dernières années, l’emploi a fortement progressé en France dans la quasi-totalité des métiers les plus qualifiés" notait l'an dernier une étude de la Dares, le service des statistiques du ministère du Travail.

Dans le détail, la part dans l’emploi des familles professionnelles les plus qualifiées, dont le salaire horaire moyen dépassait 8,65 euros en 1990-1992, a augmenté très nettement, passant de 25,2 % en 1982-1984 à 36 % en 2010-2012. 

A l'inverse, la part dans l'emploi des moins qualifiés, dont le salaire horaire moyen se situe sous les 5,5 euros, est passée de 24,2% au début des années 80 à 20,6% aujourd'hui.

Tous les métiers peu qualifiés sont en danger ? 

Faux. La qualification joue donc bien sur leur nombre dans les emplois en France. Mais si l'on rentre un peu plus dans le détail des métiers, on se rend compte que la situation un peu plus contrastée.

Les aides à domicile, les aides ménagères ou les assistantes maternelles ont vu leur nombre largement augmenter ces 30 dernières années : de 300.000 personnes à près d'un million aujourd'hui. Ce qui s'explique assez logiquement par le vieillissement de la population et l'augmentation de l'activité professionnelle chez les femmes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.