Le vrai du faux, France info

Le vaccin contre le Covid-19 provoque-t-il des paralysies faciales comme l'affirment des messages sur les réseaux sociaux ?

Plusieurs messages partagés des milliers de fois, notamment par l'eurodéputé Gilbert Collard, font état de cas de paralysie de Bell après les essais cliniques du vaccin Pfizer. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Capture écran du compte Facebook de Gilbert Collard. 
Capture écran du compte Facebook de Gilbert Collard.  (CAPTURE ECRAN FACEBOOK)

Alors que l'Agence européenne des médicaments va se pencher la semaine prochaine sur le vaccin Pfizer BioNTech contre le Covid-19 qui pourrait être rapidement disponible au sein de l'Union européenne, de nombreux messages alertent sur les effets secondaires qui ont été constatés pendant l'essai clinique. Il y en a un particulièrement qui est mis en avant : la paralysie de Bell, qui concerne la moitié du visage. Depuis plusieurs jours, les photos, plutôt angoissantes, de personnes avec le visage en partie déformé se multiplient sur Facebook. Elles ont même été partagées par l'eurodéputé du Rassemblement national, Gilbert Collard qui dénonce une "roulette vaccinale".  

Quatre cas durant l'essai clinique 

Il y a eu plusieurs cas lors des essais cliniques : quatre pour le vaccin de Pfizer et trois pour celui de Moderna. Cependant, ce que ne disent pas les publications sur les réseaux sociaux, c'est que ces effets secondaires n'ont pas inquiété plus que cela l'Agence américaine des médicaments qui a quand même donné son feu vert pour le vaccin de Pfizer. Les premières doses ont d'ailleurs déjà été administrées aux Américains. 

Et si l'Agence américaine du médicament ne s'inquiète pas plus que cela, c'est pour plusieurs raisons. D'abord, avec 4 cas pour 22 000 personnes qui ont participé aux essais cliniques, cela représente en moyenne 18 cas pour 100 000 personnes, ce qui est très proche de l'incidence de cette maladie dans la population générale. Selon l'Agence américaine du médicament, le lien entre la paralysie de Bell et le vaccin n'est donc pas établi car il y a trop peu de cas mais la FDA a malgré tout recommandé une surveillance accrue par sécurité.

Autre raison de ne pas s'inquiéter : la paralysie de Bell est généralement temporaire et sans gravité, comme la plupart des effets secondaires ressentis par ceux qui faisaient partie de la cohorte qui ont participé aux essais cliniques. 80% des vaccinés ont eu mal là où ils ont été piqué ou alors ils ont ressenti de la fatigue, des maux de tête ou encore des courbatures.           

Capture écran du compte Facebook de Gilbert Collard. 
Capture écran du compte Facebook de Gilbert Collard.  (CAPTURE ECRAN FACEBOOK)