La hausse du prix des carburants s'explique-t-elle seulement par l'augmentation des taxes ?

écouter (2min)

Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, a pointé sur franceinfo la part des taxes dans le prix du carburant. 

Article rédigé par
Thomas Pontillon - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Geoffroy Roux de Bézieux était l'invité de franceinfo mardi 26 octobre 2021.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le prix à la pompe est-il déconnecté du prix du baril de pétrole ? C'est ce qu'a affirmé mardi 26 octobre sur franceinfo Geoffroy Roux de Bézieux, le patron du Medef. Il l'a dit chiffres à l'appui : "Je signale qu'avec un baril de pétrole à environ 85 dollars, le prix de l'essence est supérieur à ce qu'il était avec un baril à 120 dollars. La différence, c'est qu'on a augmenté les taxes." S'il a plutôt raison sur les chiffres, ce n'est pas complètement le cas sur les taxes. 

Le baril à 120 dollars en 2012 

On va d'abord remonter le temps. Le baril à 120 dollars dont parle Geoffroy Roux de Bézieux, c'était en 2012 au moment des printemps arabes. À l'époque, le litre de gazole coûtait environ 1,42 euro. Aujourd'hui, en 2021 avec un baril moins cher, aux alentours de 85 dollars, le même litre de gazole coûte 1,55 euro. C'est effectivement plus onéreux. C'est en revanche moins vrai pour le sans plomb dont le prix est resté à peu près stable malgré les variations du baril. 

Les taxes sont-elles en cause, comme l'affirme le patron du Medef ? En partie oui. Les taxes représentent à peu près 60% du prix d'un plein et, c'est vrai qu'elles ont augmenté ces dernières années. Par exemple, la TICPE (Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) qui est la principale taxe est passée pour le gazole de 44 centimes par litre en 2011 à près de 60 centimes aujourd'hui. Sans compter que le diesel, longtemps moins taxé que l'essence, rattrape son retard depuis quelques années. La TVA, elle aussi, a augmenté en passant de 19,6% à 20%. 

Le cours de l'euro aussi en cause 

Contrairement à ce que dit le patron du Medef, les taxes à elles seules n'expliquent pas tout. Il y a une autre raison : c'est la valeur de l'euro face au dollar, plus faible aujourd'hui qu'il y a une dizaine d'années. L'euro a perdu environ 15% de sa valeur face à la monnaie américaine. Cela pèse fortement sur la facture pétrolière de la France puisque nous payons toujours l'or noir en dollars. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.