La France possède-t-elle la plus grande surface en agriculture bio d'Europe ?

écouter (3min)

C'est ce qu'affirme fièrement le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie. Un constat à relativiser.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un champ cultivé en agriculture bio en Meurthe-et-Moselle, en septembre 2018. Illustration (THIERRY COLIN / FRANCE BLEU SUD LORRAINE / RADIO FRANCE)

"Savez-vous que la France est le pays d'Europe avec la plus grande surface bio ?", s'enthousiasme le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, invité de l'émission Les 4 vérités, vendredi 29 octobre sur France 2

C'est effectivement ce qu'annonçait fin juillet l'Agence française pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique. Avec "2,55 millions d'hectares en surface agricole utile cultivées en mode biologique contre 2,44 hectares pour l'Espagne", la France est effectivement devenue, selon cette agence, la championne d'Europe des surfaces agricoles bio l'an dernier. L'Italie complète ce podium européen.

Une surface agricole en bio encore loin des objectifs

Le France se classe effectivement en première position sur l'importance de la surface consacrée au bio. Mais il faut malgré tout relativiser ce succès. Rapporté aux plus de 27 millions d'hectares utilisés pour l'agriculture, la part de bio est encore très inférieure à une douzaine d'autres pays en Europe.

En 2019, d'après les derniers chiffres d'Eurostat, l'agriculture biologique couvrait un peu moins de 8% de la surface agricole utilisée en France, au niveau de la moyenne européenne, quand l'Autriche affichait une proportion de 25% en bio. D'autres grands pays agricoles comme l'Italie sont également devant la France, avec plus de 15% de surface en bio.

Julien Denormandie estimait en début d'année pouvoir atteindre "12,5 à 13%" en 2022. Un chiffre qui sera encore loin des 25% d'ici 2030 préconisés par la Commission européenne dans son plan d'action pour le développement de la production biologique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.