Cet article date de plus de deux ans.

La France est-elle un des seuls pays européens à ne pas verser de minima sociaux aux moins de 25 ans ?

Le délégué général de la Fondation Abbé Pierre estime que la France est l'une des moins généreuse d'Europe avec les jeunes. D'après Christophe Robert, nous sommes l'un des seuls pays européens à ne pas avoir de "protection avec un droit ouvert pour les moins de 25 ans". C'est plutôt vrai.

Article rédigé par Joanna Yakin
Radio France
Publié
Temps de lecture : 84 min
Illustration dossier de demande de RSA; (NICOLAS KOVARIK / MAXPPP)

"On s'est battus tout le quinquennat pour demander à ce qu'enfin pour les jeunes qui sont en rupture familiale, il y ait le RSA aux moins de 25 ans. On est un des seuls pays européens où il n'y a pas cette protection avec un droit ouvert pour les moins de 25 ans", a dénoncé le délégué général de la Fondation Abbé Pierre, Christophe Robert, interrogé mercredi 3 février sur franceinfo.

Très peu de jeunes ont le droit au RSA

Le RSA (Revenu de solidarité active) n'est ouvert en principe qu'aux personnes âgées de plus de 25 ans. Toutefois, il existe des exceptions permettant à quelques jeunes de percevoir ce revenu minimum même s'ils ont moins de 25 ans. "Si vous êtes enceinte ou si vous avez déjà un enfant à charge, vous pouvez percevoir le RSA sous certaines conditions. Il n'est pas nécessaire d'être âgé de plus de 25 ans", indique le site service-public.fr. Si vous avez déjà un enfant à charge ou si vous avez travaillé au moins deux ans à temps plein pendant les trois dernières années, vous pouvez également toucher le RSA dès 18 ans. Ainsi, 90 000 jeunes de moins de 25 ans avaient pu percevoir le RSA fin 2018.

La plupart des pays européens ouvrent leurs droits dès l'âge de la majorité 

Christophe Robert a raison d'affirmer que la France fait plutôt figure d'exception en Europe en la matière. Dans un rapport parlementaire paru en 2016, les auteurs expliquent que "cette condition d’âge apparaît singulière au regard de la situation européenne".  Et de préciser qu’à l'échelle européenne, "la majorité des Etats" ouvrent leurs dispositifs nationaux aux jeunes. Ce que confirme également une étude de la CAF publiée en 2020. "La France fait partie des seuls quatre pays de l’Union européenne dans lesquels l’âge minimum pour accéder au revenu minimum est plus élevé que l’âge de la majorité", peut-on lire. France, Espagne, Luxembourg et Chypre sont en effet les plus restrictifs sur cette condition de l'âge.

Les comparaisons européennes ont toutefois leurs limites. Il existe de nombreuses subtilités en fonction des pays. Le rapport du député Christophe Sirugue intitulé "Repenser les minima sociaux", évoque notamment deux catégories de pays. D'un côté des pays qui versent un revenu aux jeunes même s'ils habitent toujours chez leurs parents : au Danemark et aux Pays-Bas notamment. D'autres, comme l'Allemagne ou le Portugal, sont tout de même un peu plus stricts et conditionnent le versement de leurs minima sociaux au fait que le jeune ne soit plus étudiant et plus hébergé au domicile familial.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.