La France a-t-elle seulement "trois jours de munitions" devant elle en cas de conflit à haute intensité ?

écouter (85min)

Ce chiffre a été avancé dimanche par Marion Maréchal, soutien d'Eric Zemmour.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un avion rafale en 20017. (Illustration)  (SIMON GUILLEMIN / HANS LUCAS)

Alors que la guerre en Ukraine continue, l'armée française a-t-elle suffisamment de munitions en cas de conflit ? La réponse est non, à en croire Marion Maréchal. L'ancienne députée, désormais soutien d'Eric Zemmour, a même avancé un chiffre précis dimanche 20 mars sur CNEWS : "Il y a un rapport du Sénat qui rappelle tristement que si nous étions dans le cas d'une guerre de haute intensité, nous n'aurions que trois jours de munitions. D'où l'importance, à mon avis, de se concentrer sur la reconstruction de notre outil militaire." 

Aucun rapport ne s'avance sur une durée 

Formulé ainsi, Marion Maréchal dit faux. Il n'y a pas de rapport parlementaire qui affirme que la France aurait seulement trois jours de munitions devant elle. En réalité, l'ancienne députée, tout comme Eric Zemmour qui a aussi cité ce chiffre ces derniers jours, se réfèrent à un rapport remis à la Commission de Défense de l'Assemblée nationale le mois dernier, juste avant le début de la guerre en Ukraine. Ce rapport dit effectivement qu'il y a des tensions sur le stock de munitions mais il ne s'avance pas sur une durée d'engagement possible, notamment parce le nombre de certaines munitions est classée "secret défense". 

L'un des auteurs, le député Les Républicains Jean-Louis Thiérot, estime auprès de franceinfo que le stock de la France permettrait de tenir "quelques semaines", sans plus de précision. En tout cas, sur les soi-disant trois jours de munitions, il dénonce des propos "irresponsables et factuellement faux".

Le ministère des Armées réagit 

Pour Hervé Grandjean, le porte-parole du ministère des Armées, ce chiffre de trois jours ne veut pas dire grand chose non plus.

C'est un chiffre qui, pour nous, n'a pas grand sens.

Hervé Grandjean, porte-parole du ministère des Armées

à franceinfo

"Vous pouvez parfaitement décider de mettre tous vos avions de chasse en l'air et leur demander de délivrer tous les missiles dont nous sommes dotés en une demi-heure et en une demi-heure vous n'avez plus de missile... Ca ne veut dire", explique Hervé Grandjean à franceinfo. En clair, tout dépend de l'intensité des combats et de la coalition dans laquelle se retrouverait la France. Sans compter que notre pays peut compter sur la dissuasion nucléaire.

Le rapport pointe quand même un problème avec les munitions 

Le rapport explique notamment que les munitions se périment, leur durée de vie est de 10 ans. Il propose donc clairement de reconstituer des stocks, la dépense est estimée à 3,5 milliards d'euros. Mais surtout, ca peut prendre du temps. Par exemple, pour les missiles, il faut compter jusqu'à trois ans entre la commande et la livraison. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.