Cet article date de plus de sept ans.

"L'enseignement de l'islam sera obligatoire, l'Histoire optionnelle" ?

écouter (5min)
Nicolas Dupont-Aignan est vent debout contre le projet de nouveau programme pour le collège. D'après le député de l'Essonne : "L'origine de la France, l'Histoire de la France va devenir optionnelle, mais la religion musulmane va devenir obligatoire". Faux.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Nicolas Dupont-Aignan affirme que l'enseignement de l'islam va devenir obligatoire © Maxppp)

Faux

Nicolas Dupont-Aignan mélange beaucoup de choses.

D'abord, si l'enseignement des débuts de l'islam est bien prévu en classe de cinquième dans le nouveau programme,  c'est déjà le cas aujourd'hui. Il suffit de reprendre le programme actuel adopté en 2008 pour s'en rendre compte. Le texte actuel précise même que les débuts de l'Islam doit représenter environ 10% du temps annuel consacré à l'histoire. 

Par ailleurs, l'enseignement obligatoire de l'histoire des religions ne s'arrête pas à l'islam. L'enseignement des débuts du christianisme et ceux du judaïsme figurent aussi dans le projet de nouveau programme, en classe de sixième. Sauf que, là aussi, c'est déjà le cas aujourd'hui. Bref, Nicolas Dupont-Aignan met en avant l'islam alors que le christianisme et le judaïsme sont aussi obligatoires. 

"L'Histoire de France va devenir optionnelle" ?

Nicolas Dupont-Aignan affirme aussi que l'Histoire de la France va devenir optionnelle dans les nouveaux programmes. Là aussi, le député de l'Essonne exagère mais n'a pas totalement tort. Le projet du Conseil supérieur des programmes prévoit grand trois grands thèmes à aborder chaque année au collège. Et parmi eux, certains sujets sont obligatoires, d'autres non. 

Deux exemples. En fin de cinquième, les collégiens vont devoir étudier "l'émergence du roi absolu" mais pas forcément "la pensée humaniste". En 4e, "la Révolution" est un passage obligé, par contre "l'époque des Lumières" est facultative. Sauf que cette organisation reste un projet. A partir de la semaine prochaine, les enseignants on un mois pour l'amender. C'est au final le ministère qui tranchera pour la rentrée 2016.

Sources

Ce que prévoit l'actuel programme sur l'islam, site éduscol

Ce que prévoit le projet de programme, Conseil supérieur des programmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.