Cet article date de plus de neuf ans.

Deezer permet-il aux artistes de vivre de leur musique ?

écouter
Le site français d'écoute de musique en ligne lève 100 millions d'euros pour se développer à l'international. Deezer estime que son modèle permet aux musiciens de vivre de leur activité. Vrai ou faux ? Réponse ici.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Faux

Deezer et les autres sites de streaming sont bien loin de faire vivre les musiciens actuellement.
Le site français et son rival suédois Spotify proposent de la musique gratuite et payante. Pour les offres prémium (payantes), l'abonné doit s'acquitter de 10 euros par mois pour une écoute illimitée.

Combien pour les artistes ?

Très peu. En faisant une moyenne entre le payant et le gratuit, plusieurs acteurs de l'industrie de la musique nous ont révélé que quand un internaute clique pour écouter un morceau de musique, on peut estimer que Deezer verse au producteur (à la maison de disque) 0,6 centime d'euros. Sur ce chiffre, l'artiste peut toucher environ 20%, c'est à dire 0,12 centimes d'euros.
Pour espérer gagner un Smic net (environ 1.100 euros), il faudrait à l'artiste plus de  916.000 clics par mois sur ses morceaux. Certes, ce calcul est très théorique mais il révèle l'importance du volume d'écoute nécessaire pour dégager un revenu.

iTunes et les CD  

Aujourd'hui, quand un titre est acheté un euro sur iTunes, l'artiste touche en moyenne 10 centimes d'euros. C'est beaucoup plus que le clic de streaming, mais il est vrai que le titre est acquis et que le consommateur peut l'écouter tant qu'il le souhaite.  
Sur un CD acheté 10 euros, l'artiste peut espérer entre un et deux euros dans la plupart des cas, un pourcentage un peu plus favorable que sur iTunes. Malheureusement, les CD ne se vendent plus et l'industrie de la musique est en 2012 au fond du trou.

Dernier espoir  

Alors, le streaming est probablement le dernier espoir d'une profession. Marc Thonon, le patron du label Atmosphériques (Charly Winston), commence à voir le phénomène dans ses bilans. Il reconnaît que "ce n'est rentable ni pour un artiste ni pour un label pour l'instant". En revanche, ajoute-il, "c'est porteur d'un espoir énorme. Le streaming est un mode de consommation de la musique qui n'existait pas il y a deux ans et qui se développe à une vitesse incroyable [...] nous voyons les chiffres augmenter de mois en mois ; depuis un an-et-demi, on a vu apparaître un ligne (de comptes, NDLR) qui correspond au streaming".  

Le marché doit croitre

Au premier semestre 2012, le streaming représentait 12% des revenus de l'industrie de la musique française.
Spotify revendique 15 millions d'utilisateurs dans le monde et quatre millions de payants. Deezer revendique plus de 20 millions d'utilisateurs et 1,5 million d'abonnés prémium, surtout grâce à un accord avec l'opérateur Orange qui inclut Deezer dans certains de ses forfaits.
Avant que la majorité de la population se convertisse au payant, il va se passer du temps. C'est pourquoi, pour faire du volume, Deezer décide aujourd'hui de grossir en capital pour attaquer plus fort au plan international.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.