Covid-19 : est-il vraiment prévu que tous les Français se fassent vacciner dix fois par an, comme l'assure l'animateur Benjamin Castaldi ?

écouter (4min)

L'animateur de télévision, Benjamin Castaldi a prétendu sur le plateau de TPMP que les Français allaient avoir "jusqu'à dix doses de rappel". Il en veut pour preuve le nombre de vaccinations affichées sur le logiciel utilisé par les médecins pour saisir la vaccination de leurs patients. Il s'agit en réalité d'une possibilité technique pour prendre en compte la situation des patients immunodéprimés.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
illus (ALINE MORCILLO / HANS LUCAS)

C'est une déclaration qui a beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux. L'animateur de télévision Benjamin Castaldi a assuré sur le plateau de TPMP que les Français allaient recevoir "jusqu'à dix doses de rappel" du vaccin contre le Covid-19. "Ça n’a pas été annoncé, mais c’est dans les logiciels des infirmières et des médecins", a-t-il expliqué. L'Assurance maladie conteste pourtant cette version.

Dans un message publié sur Twitter, l'Assurance maladie a démenti l'information de Benjamin Castaldi. "Non, il n'est pas prévu "jusqu'à dix doses de rappel du #Vaccin anti-Covid", a écrit l'organisme. L'Assurance Maladie est en effet en charge du système d'information Vaccin covid mis en place par le ministère de la Santé au début de la campagne de vaccination contre le Covid-19. Ce fichier permet aux professionnels de santé (médecins, infirmiers, pharmaciens...) "de renseigner et de suivre pour chaque patient toutes les étapes de la vaccination anti-Covid 19", rappelle l'organisme.

Contactée, l'Assurance maladie confirme que l'interface de Vaccin covid "affiche en effet la possibilité d'aller jusqu'à 7 injections". Mais cela ne présage en rien du nombre de vaccins que recevront l'ensemble des Français. "Cela concerne uniquement les situations exceptionnelles de personnes immunodéprimées", indique la Caisse nationale, précisant que "l’objectif est de couvrir les rares cas qui peuvent avoir un nombre d’injections élevé".

Déjà cinq doses au moins pour certaines personnes immunodéprimées

Les immunodéprimés sévères, qui seraient environ 300 000 en France, sont effectivement considérées comme "ultra-prioritaires" pour la vaccination rappelle Yvanie Caillé, fondatrice de Renaloo, une association de patients atteints de maladies rénales. Les patients ayant subi une greffe d'organe, placées sous dialyse ou atteintes de certains cancers ont, de fait, été les premières à pouvoir recevoir une dose de vaccin. Yvanie Caillé rappelle par ailleurs que leur schéma initial n'était pas de deux doses mais trois, contrairement au reste de la population. Elles ont ensuite été rendues éligibles à deux doses de rappel, comme l'indique un DGS-urgent publié le 28 janvier 2022. Cette note de la Direction générale de la Santé indique d'ailleurs que "Vaccin Covid a été mis à jour pour pouvoir enregistrer jusqu’à six injections".

À ce jour, les personnes immunidéprimées peuvent donc avoir déjà reçu un minimum de cinq doses de vaccin. Le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale a par ailleurs récemment préconisé de passer par la suite à un rappel tous les six mois pour ces personnes les plus fragiles.

Le système d'information Vaccin Covid a donc tout simplement été adapté pour que les médecins puissent saisir la vaccination de ces patients.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.