Adrien Quatennens dit-il vrai sur les chiffres du chômage ?

écouter (2min)

Le député La France insoumise du Nord affirme que le nombre d’inscrits à Pôle emploi est plus élevé qu’il y a un an et qu'au début du quinquennat.  

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Adrien Quatennens, député La France insoumise du Nord, à Paris (France) le 22 septembre 2020 (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le gouvernement s’est félicité cette semaine de la baisse de 5,5% du nombre de chômeurs de catégorie A, sans aucune activité.

Invité d’Europe 1 le 27 octobre, Adrien Quatennens a rétorqué que qu’il y a "aujourd'hui plus d'inscrits à Pôle emploi que l'année dernière à la même période et qu'en 2017". C’est faux pour la première comparaison et vrai sur la seconde. On vous explique pourquoi.

Près de 6,6 millions d’inscrits  

Quand Adrien Quatennens parle du nombre de personnes "inscrites à Pôle emploi", il fait référence à un nombre impressionnant de personnes : 6 582 000 inscrits dans ans toute la France. Ce sont les cinq catégories de Pôle emploi (de A, B, C, D, E) : ceux qui n'ont pas du tout travaillé, ceux qui ont travaillé un nombre d'heures limité ; et ceux qui ne sont pas tenus de rechercher un emploi parce qu'ils sont en formation, en maladie, en contrats aidés.  

D'après les chiffres de pôle emploi, il y a aujourd'hui 161 000  personnes inscrites de moins qu'il y a un an. Adrien Quatennens dit "faux". Et par rapport à mai 2017, quand Emmanuel Macron arrive au pouvoir, il y a eu une hausse de 34 000 personnes inscrites. "Vrai" pour Adrien Quatennens. Reste que ce que pointe le député France insoumise, c'est le nombre très important de personnes qui sont plus ou moins précaire dans le travail.  

Montée de la précarité  

Au-delà de la baisse de la catégorie A, les chiffres de Pôle emploi montrent une augmentation de 4% des catégories  des B et C prises ensembles, soit les personnes qui ne travaillent pas à temps complet, en activité réduite de plus ou moins 78 heures.

Cela tend à montrer que les emplois précaires sont à la hausse. Ce phénomène est particulièrement frappant sur le long terme. En 25 ans, le nombre de personnes des catégories B et C a été multiplié par quatre.    

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.