Est-ce vrai que toutes les maladies se transmettent plus vite aux personnes âgées qu'aux jeunes ? Quel avenir pour Twitter ? Les réponses du "Vrai du faux Junior"

écouter (5min)

Cette semaine dans le "vrai du faux Junior", les élèves s'interrogent sur la transmission des maladies en fonction de l'âge et sur l'avenir du réseau social Twitter.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Le logo de Twitter au siège de l'entreprise à San Francisco (Californie), aux Etats-Unis, le 28 octobre 2022. (CONSTANZA HEVIA / AFP)

Est-ce vrai que toutes les maladies se transmettent plus vite aux personnes âgées qu'aux jeunes ? J'ai vu sur TikTtok que Twitter touche à sa fin à cause du rachat par Elon Musk ? Les élèves des collèges Georges Brassens à Taverny dans le Val-d'Oise et Jules Ferry à Sainte-Geneviève-des-Bois dans l'Essonne nous interrogent dans le vrai du faux junior. Nous leur répondons. 

Pas forcément plus de transmission des maladies entre personnes âgées, mais une résistance moins importante

Alors qu'on parle beaucoup du retour de la grippe, sur fond toujours de Covid, les adolescents sont parfois préoccupés pour leurs grands-parents ou leurs arrière-grands-parents. "Est-ce vrai que toutes les maladies se transmettent plus vite aux personnes âgées qu'aux jeunes?" demande Jade. Ce n'est pas tout à fait vrai de dire que les maladies se transmettent plus facilement lorsqu'on a passé l'âge de 60 ans, lui répond le Professeur Denis Malvy, infectiologue au CHU de Bordeaux."Par contre, ajoute t-il, on sait qu'en avançant en âge on va perdre une partie de nos capacités à nous défendre contre deux choses. En premier, contre certains microbes pathogènes qui ne veulent pas notre bien, c'est pour ça qu'on se fait vacciner, par exemple contre la grippe. Et puis contre la sévérité".

Lorsqu'on avance en âge, explique t-il, on devient plus vulnérable aux formes graves de certaines maladies infectieuses. "Et là aussi, les vaccins nous aident, précise le Professeur Malvy. Par exemple, le vaccin contre le Covid est un vaccin qui ne nous affranchit pas de la transmission - il apporte un bénéfice mais il n'est pas complet - mais il affranchit les personnes fragiles comme les personnes âgées du risque de formes sévères, d'être hospitalisés, d'être en réanimation voire de succomber de la maladie"

L'avenir de Twitter en question depuis son rachat par Elon Musk

Les élèves ont aussi cette semaine de nombreuses questions autour de l'avenir du réseau social Twitter, récemment racheté par le milliardaire américain Elon Musk. "J'ai vu sur TikTok que Twitter touche à sa fin est-ce que c'est vrai ?", demande Hadjer. "Est-ce à cause du rachat par Elon Musk ou pas?", ajoute Amaury. 

A ce stade, Twitter existe toujours, mais c'est vrai que beaucoup de spécialistes s'interrogent sur ce que va devenir ce réseau social . En effet, depuis que le milliardaire américain Elon Musk a racheté le réseau fin octobre, il a pris des décisions ou des prises de position qui préoccupent aussi bien aux Etats-Unis qu'ailleurs dans le monde. Les inquiétudes portent, entre autres, sur les risques de désinformation, de diffusion massive de fausses informations lorsqu'il n'y a pas de régulation, de contrôle sur ce qui est dit sur les réseaux sociaux, et que donc tout se vaut, tout se mélange, le vrai et le faux... 

Un affranchissement des règles de régulation sur Twitter qui effectivement inquiète

Au nom de la liberté d'expression, Elon Musk souhaiterait en effet se passer des règles de régulation et que chacun puisse globalement dire ce qu'il veut. Cette semaine, le groupe a par exemple fait savoir qu'il n'appliquerait plus le règlement qu'il y avait jusqu'ici sur Twitter concernant les informations trompeuses sur le Covid-19. Avant son rachat par Elon Musk, Twitter s'était engagé à suivre des règles particulières pour lutter contre les fausses informations, à signaler et retirer certains messages trompeurs concernant la vaccination par exemple. Après cinq rappels à l'ordre, certains comptes étaient suspendus. Or, là, non seulement ce ne sera plus le cas, mais Elon Musk a aussi demandé aux ingénieurs du groupe de rétablir des comptes qui avaient été suspendus, avec une exception tout de même concernant les comptes qui avaient violé la loi. D'ailleurs, Twitter vient de suspendre un compte qui avait fait partie de ceux réactivés il y a deux mois : celui du rappeur américain Kanye West pour "incitation à la violence".

Des questions sur les méthodes de management et le financement de Twitter

Au-delà des inquiétudes autour de l'évolution des contenus sur le réseau social, des questions sont aussi posées sur la façon dont est désormais géré le groupe. "Est-ce que c'est vrai que Twitter a licencié plus de la moitié de ses employés ?", demande Ilyes. "J'ai vu qu'Elon Musk avait posé un ultimatum à ses employés est ce vrai et si oui pourquoi?", ajoute Shaimaa.

La moitié des 7500 employés du groupe ont effectivement été licenciés début novembre, dont de nombreux modérateurs -des personnes qui étaient chargées d'éviter les discours violents, les appels à la haine ou qui luttaient contre la désinformation. Dès son arrivée, Elon Musk avait aussi dissous le conseil d'administration et congédié le directeur général et d'autres hauts responsables. Elon Musk a en effet également  posé un ultimatum à ceux qui étaient encore en poste : soit vous travaillez à fond, inconditionnellement, soit vous prenez la porte. Il a expliqué que c'était comment ça que cela marchait chez Tesla, le constructeur de voitures électriques qu'il dirige.

Conséquence, des salariés essentiels, dans le domaine informatique, juridique, par exemple, inquiets de ce qu'allait devenir Twitter, sont partis. Et de nombreuses entreprises qui contribuaient à financer Twitter avec la publicité ne veulent plus que leur image soit associée au réseau social. Or, la publicité c'était près de 90% du chiffre d'affaires de Twitter.

Des questions sur le respect à venir par Twitter des lois européennes 

Enfin en Europe on s'inquiète des risques que Twitter respecte de moins en moins les règles de l'Union Européenne, sur la lutte contre la désinformation ou la protection des données personnelles.

Le président français Emmanuel Macron a lui-même dit lors de son déplacement aux Etats-Unis jeudi 1er décembre que c'était un "gros problème" et qu'en Europe et en France, on estime que la liberté d'expression cela implique des responsabilités et des limites.

Tout cela intervient alors que les grandes plateformes en ligne étaient en théorie censées renforcer de plus en plus la régulation en ligne l'an prochain, pour respecter la loi européenne sur les services numériques. Au risque sinon de recevoir une amende de la Commission européenne pouvant aller jusqu'à 6% de leur chiffre d'affaire mondial, voire de ne plus pouvoir être présent en Europe. C'est pour toutes ces raisons que l'avenir de Twitter est incertain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.