Le sens des mots, France info

Le sens des mots. "Impacter", un anglicisme réprouvé par l'Académie française

Tout l'été sur franceinfo, Marina Cabiten et la sémiologue Mariette Darrigrand s’arrêtent sur les termes qui ont marqué l’actualité de l’année écoulée. Aujourd'hui, le verbe impacter.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Les membres de l\'Académie française se réunissent lors d\'une session publique le 1er décembre 2016. Photo d\'illustration.
Les membres de l'Académie française se réunissent lors d'une session publique le 1er décembre 2016. Photo d'illustration. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Il est désormais impossible d'échapper à l'anglicisme "impacter" dans les médias. Cela ne touche plus, cela n'affecte plus, cela n'influence plus : ça impacte. Le verbe est entré dans le disctionnaire en France dans les années 2000, mais il est pourtant condamné par l'Académie française qui ne goûte pas tellement les anglicismes.

Franceinfo : Mariette Darrigrand, vous êtes sémiologue spécialisée dans l'analyse du discours médiatique et dirigeante du cabinet Des faits et des signes. Le verbe impacter énerve certains amoureux de la langue française.

Mariette Darrigrand : Oui, car impacter est un mot franglais calqué sur "to impact". Comme souvent pour les notions importantes, l'anglais a gardé un sens latin fort.

To impact vient de impingere en latin, qui signifie frapper. Frapper fort.

L'impact est d'abord celui de la pierre, puis de la flèche, de la balle ou bien du laser. C'est peut-être cette idée de mouvement et d'affrontement qui plaît dans ce mot. Cela explique qu'il se soit tellement imposé dans la langue orale, politique et médiatique. Ce qui traverse le temps est l'idée de point. Le point d'impact sépare, dans un corps attaqué, la partie saine de la partie blessée, impactée.

"Impacter" a un lointain cousin, la paix. Les deux mots viennent de l'étymon "pag". L'étymon est une très vieille racine, avant même le latin, quand le langage se référait à des images.

Oui, la paix qui dit ainsi qu'elle est bien séparée de la guerre. Point zéro d'une nouvelle ère. On peut donc imaginer que pour que les choses aboutissent à un apaisement, nous avons besoin qu'auparavant elles nous impactent, qu'elle créent en nous un vrai point de conscience.

Les membres de l\'Académie française se réunissent lors d\'une session publique le 1er décembre 2016. Photo d\'illustration.
Les membres de l'Académie française se réunissent lors d'une session publique le 1er décembre 2016. Photo d'illustration. (ERIC FEFERBERG / AFP)