Le rendez-vous du Particulier, France info

Le rendez-vous du particulier. Dentaire, optique, audio : des soins bientôt remboursés à 100%

C'était l'une des promesses de la campagne d'Emmanuel Macron, le "reste à charge zéro" de soins onéreux. Dès les prochains mois, et progressivement d'ici au 1er janvier 2021, les soins dentaires, auditifs et optiques seront pris en charge à 100% avec des tarifs plafonnés.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Presentoirs de lunettes.
Presentoirs de lunettes. (MAXPPP)

Emmanuel Macron en parle comme d’une "conquête sociale essentielle". Le "reste à charge zéro" va être mis en place progressivement dans les prochains mois pour un remboursement intégral de certaines prothèses auditives ou dentaires, et de certaines lunettes. Les journalistes Aurélien Ferron et Erwan Le Fur signent un dossier consacré à ce sujet dans le magazine Le Particulier du mois d’octobre.  

Sait-on combien de Français renonçaient à des soins jusqu'ici à cause des tarifs ?

Il y a effectivement des enquêtes menées régulièrement qui indiquent qu’1 Français sur 6 renoncerait à effectuer des soins dentaires, donc essentiellement pose de couronnes, pour des raisons financières, et 1 Français sur 10 renoncerait à l’achat de lunettes. Alors ces chiffres sont à prendre avec des pincettes parce qu’il s’agit de sondages. Mais il est évident que les Français réfléchissent à deux fois quand il s’agit de dépenser plusieurs centaines d’euros, sans être remboursés.  

Les lunettes : qu'est-ce qui sera concerné par cette nouvelle prise en charge ? 

Ce qui est prévu par un accord signé en juin dernier, c’est un distinguo entre 2 catégories de montures et 2 catégories de verres. Il existera donc un choix de montures intégralement remboursé par la Sécurité sociale et les complémentaires santé et toute une série de verres dont les tarifs sont plafonnés et également 100% remboursés. Et à côté de ça, les opticiens pourront continuer à proposer toutes les montures souhaitées et d’autres types de verres à des tarifs libres, comme aujourd’hui, sachant que le client qui les choisit devra alors mettre la main à la poche.  

Pour bénéficier d'un remboursement intégral, est-ce qu'il faudra choisir des produits bas-de-gamme ?  

Les montures de lunettes, c’est particulier car c’est davantage considéré comme un accessoire de mode que comme un équipement de santé. Pour celles remboursées à 100%, leur prix est plafonné à 30 euros. Alors on peut avoir des montures de qualité à 30 euros, mais beaucoup de Français préfèreront sans doute opter pour des montures griffées à 100 ou 150 euros. Ils devront donc payer de leur poche, sachant que les contrats santé ne pourront pas rembourser plus de 100 euros la monture.  

Du côté des verres, c'est plus intéressant, car l’accord définit très précisément quels verres peut choisir un myope ou un astigmate, selon son défaut de vision. Une personne très myope aura des verres anti rayures, anti reflets et avec un aminci. Donc ce seront de bons verres, adaptés à son défaut et intégralement remboursés. En revanche, il n’aura certainement pas les verres avec les options les plus poussées, contre les ultra-violets, la lumière bleue.

Même chose pour les presbytes qui n’auront pas nécessairement les toutes dernières générations de verres progressifs. Les produits remboursés seront donc d’un bon niveau. Mais si le client souhaite le top du top, et bien il devra choisir des verres aux tarifs libres et qui, comme aujourd’hui, ne seront pas intégralement remboursés.  

Quel sera le rôle des opticiens ?  

Comme aujourd’hui, le rôle de l’opticien est de conseiller son client et de lui fournir la meilleure prestation possible, sachant que les opticiens obtiennent avec cet accord une reconnaissance de leur qualité de professionnels de santé, et pas de simples vendeurs de lunettes, puisqu’ils seront désormais rémunérés pour certaines prestations. Comme lorsqu’ils font un examen de la vue de leur patient qui demande un renouvellement de ses lunettes.  

La réforme concerne également les soins dentaires et les prothèses auditives 

Absolument. Il s’agit des trois postes de santé qui sont historiquement très mal remboursés et qui laissent d’importants "restes à charge" aux patients. Et concernant les couronnes dentaires comme les aides auditives, la réforme est sur le même principe qu’en optique.

À savoir, qu’il sera possible d’obtenir des soins "satisfaisants", sans aucun "reste à charge" pour les patients, pouvoir avoir des couronnes céramo-métalliques sur les dents du sourire 100% remboursées, d’avoir des aides auditives remboursées. Sachant que les patients qui souhaitent les équipements les plus perfectionnés devront, comme aujourd’hui, payer de leur poche.  

Est-ce qu'il n'y a pas un risque d'augmentation des tarifs des complémentaires santé ?  

En réalité, tout le monde fait des efforts, la Sécurité sociale qui augmente ses remboursements, les professionnels de santé qui freinent leurs tarifs et évidemment les complémentaires santé qui devront nécessairement augmenter leurs tarifs. Une hausse qui se verra donc sur les primes des contrats santé.    

Presentoirs de lunettes.
Presentoirs de lunettes. (MAXPPP)