Le rendez-vous du médiateur, France info

Le rendez-vous du médiateur. Météo : le temps est-il si "beau" ?

"Demain, il fera encore très beau, avec des températures bien au-dessus des normales de saison". Ce genre d’annonce sur un ton enjoué provoque de plus en plus de réactions d’auditeurs.  

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoBruno DenaesRadio France

Mis à jour le
publié le

Un orage au-dessus de Godewaersvelde, dans le département du Nord, le 13 août 2015.
Un orage au-dessus de Godewaersvelde, dans le département du Nord, le 13 août 2015. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

La météo devient un sujet très sensible

Les auditeurs supportent de moins en moins le "beau temps" ou, plus exactement, la façon de l’annoncer. Sophie Bria, présentatrice météo sur franceinfo et Élodie Callac, prévisionniste de Météo France répondent aux critiques. 

Comme Philippe : "Le temps magnifique annoncé sur vos antennes parisiennes est une catastrophe pour de nombreuses régions confrontées à la sécheresse". Et Ghislaine ajoute : "Comment pouvez-vous annoncer avec bonne humeur : un beau soleil dans le sud, quand arbres et arbustes sèchent à une vitesse incroyable ? Pas de vraies pluies depuis 5 mois". C’est vrai qu’il est plus agréable d’annoncer du soleil, mais ce soleil peut finir par devenir catastrophique…

Sophie Bria et Élodie Callac : "On manque d'eau effectivement, mais il faut rester positif dans l'utilisation des mots en météo, sans exagérer. Le soleil, la lumière amènent au sourire, au bien-être. Lorsque les conditions météo sont sources de grandes difficultés, elles sont traitées dans le sujet d'actualité (exemples récents, les ouragans aux Antilles en septembre).

Comment expliquer cette douceur automnale et cette pénurie de pluie ?

Élodie Callac : Les anticyclones nous ont souvent protégés des perturbations atlantiques en les rejetant vers le Nord de l'Europe et qui ont favorisé des remontées d'air chaud en provenance d'Afrique, donc des températures élevées pour la saison.

Plusieurs auditeurs, comme Mélanie, vous reprochent de "ne pas dire clairement qu’il s’agit des conséquences du dérèglement climatique"

Élodie Callac : "Le climat se réchauffe depuis des décennies. Il est difficile de relier directement un événement isolé au réchauffement climatique. Mais il est vrai que les cyclones ne seront pas plus nombreux mais plus intenses".

Sur quoi se fondent les "normales saisonnières"?

D’autres auditeurs, comme Jean-Louis, estiment qu’à propos des températures, on ne devrait justement pas parler de 'normales saisonnières', mais plutôt de 'moyennes', car des automnes peuvent être très frais, et d’autres plus doux.

"Normales" est un abus de langage, il faut plutôt parler de "moyennes".

Comment construit-on un bulletin météo ?

"Il faut tenir compte des contraintes de temps d'antenne imparties à la météo : parler de l'hexagone en 4 secondes ! La présentatrice raconte une histoire pour que l'auditeur visualise la carte."

La Bretagne et la pluie ? 

Enfin, des auditeurs – un peu chauvins, dirons-nous – vous reprochent d’annoncer l’arrivée des perturbations par la Bretagne. Or, vous n’y êtes pour rien ; c’est une réalité météorologique.

Un orage au-dessus de Godewaersvelde, dans le département du Nord, le 13 août 2015.
Un orage au-dessus de Godewaersvelde, dans le département du Nord, le 13 août 2015. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)